Le plan alcool

La surconsommation d’alcool dans un cadre festif est une problématique récurrente à Brest et dans de nombreuses villes. Or, il est possible de s’amuser sans abuser. Un plan alcool a été lancé en 2017.

Alcool à Brest, prenons la mesure

Des campagnes d’affichage sont régulièrement menées, délivrant des conseils pratiques afin de sensibiliser aux risques liés à une alcoolisation excessive.

Heureux de se retrouver

La situation sanitaire s’améliore et nous pouvons progressivement retrouver nos habitudes festives ou conviviales, sans oublier les bonnes pratiques qui préservent notre santé et la tranquillité de toutes et tous.
C’est pourquoi la ville de Brest accompagne ces retrouvailles entre amis et famille d’une campagne de sensibilisation dans le cadre du plan alcool brestois.
Quelques conseils :

  • pour limiter les risques de déshydratation, le bon réflexe, c'est d'alterner, dès le début, eau et alcool
  • ne pas laisser seule une personne en état d’ébriété : les personnes en état d'ébriété aiguë risquent le coma. Au moindre doute, il faut appeler le SAMU au N°15
  • rester dormir sur place car une personne en état d’ébriété est plus vulnérable : vol, accident, agression…
  • laisser Sam conduire : "Sam" est quelqu'un de confiance, qu'on désigne avant de sortir et qui s'engage à ne pas boire
  • partager un taxi pour rentrer : prendre un taxi à plusieurs permet de diviser la note et de voyager en toute sécurité, à petit prix

Un effectomètre pour réussir sa soirée

Deux étudiantes ont travaillé sur un outil à destination des jeunes. Cet effectomètre permet de savoir à quelle phase on se situe lorsque l'on consomme de l'alcool. De format Pocket, il permet de s'emmener partout et d'anticiper sa soirée.   

Phase 1 
Au top !
Je me sens normal, mais….plus de volant ! Tout va bien, j’ai bu environ deux coups mais attention, au vue de la loi je ne peux plus conduire, je suis sûrement aux alentours de 0,5g/L de sang. Le corps a besoin d’environ 1h30 pour éliminer un seul verre !

Phase 2
Au max ! 
Je suis joyeux et j’ai la tchatche plus facile. J’adore ! Mais… je dois alterner avec des boissons non alcoolisées = je garderai le même état joyeux toute la soirée garanti ! Je me souviendrai de tout et ne regretterai rien !
Je dois me limiter à deux verres par heures et bien sûr fini l’idée de conduire !

Phase 3
Limite lourd !
Très joyeux, sociable mais des troubles de la parole et de l’équilibre apparaissent, aïe ! Oops.. j’ai oublié d’alterner avec des verres d’eau et il n’y a que moi qui me paraît drôle, séduisant... bref je suis relou… Je stoppe l’alcool de la soirée !

Phase 4
Soirée foirée, lendemain foireux !

Je suis dans la mauvaise phase, mauvais mood, je ne contrôle plus rien ! Et je perds tout (portable, clefs, portefeuille...) Je sens la nausée apparaître… et en plus je ne fais plus rire personne, on doit même me gérer bref mes amis doivent me raccompagner chez moi et me surveiller pendant une heure… Merci les amis !

Phase 5
Danger maximum !

Là je deviens inquiétant, je m’endors ou je prends des risques énormes (coma, vomissement, étouffement).
Les amis : ne le, la laissez pas seul.e, vérifiez qu’il ou elle reste éveillé et appelez les secours en cas de doute, vous serez l’ami que tout le monde veut avoir !

En bref ?
Restez à la phase 2, vous passerez une très bonne soirée jusqu’au bout de la nuit !

Cet effectomètre est disponible gratuitement.
Contact : 02 98 00 80 80

Les repères de consommation d’alcool

  • maximum 10 verres par semaine,
  • maximum 2 verres par jour,
  • des jours dans la semaine sans consommation.

En résumé :
« Pour votre santé, l’alcool c’est maximum 2 verres par jour, et pas tous les jours ».

Plus d’informations sur le site Alcool Info Service.

 

Un travail partenarial dans le cadre d’un plan alcool

A Brest, des centaines d’acteurs travaillent ensemble, sous la coordination de la ville, autour de la question de l’alcoolisation excessive dans le cadre d'un plan alcool. Une démarche qui vise à aborder le sujet collectivement et à apporter des réponses adaptées.

Alcool à Brest : une dynamique collective en action

Des dizaines de professionnels, issus du monde médical, d’associations d’aide aux malades, de la police ou de la justice, mais aussi de l’Éducation nationale ont, ces derniers mois, participé à un niveau ou un autre, aux ateliers de travail qui visent à lutter contre la suralcoolisation.

Et ce à travers quatre axes :

  • la création d’une culture commune sur l’alcool et ses mésusages ;
  • la formation de personnes relais en vue de promouvoir des consommations responsables ;
  • la prévention et la réduction des risques;
  • mais aussi l’évaluation des démarches engagées. 

Agir ensemble, dans le même but, pour réussir à endiguer, progressivement, les conduites à risques autour de l’alcool : tel est l’objectif de ce vaste plan alcool qui se met en place, sur toute la ville, et à destination de toutes les générations.

Les partenaires du plan alcool

Cliquez ici pour obtenir la vidéo au format ODT (7,2 Ko).



Nous contacter

Vous n’avez pas trouvé l’information que vous cherchiez dans cette page ?

Dernière mise à jour le :