La lutte contre la prolifération des goélands

Dans une ville littorale comme Brest, les goélands, espèces protégées font naturellement partie du paysage urbain. Mais dans certains secteurs brestois, en trop grand nombre, ils peuvent générer des nuisances particulièrement sensibles au printemps et en été, en période de nidification et d’apprentissage des jeunes à l’envol.

La campagne de stérilisation des œufs de goélands se déroulera du lundi 4 mai au mardi 2 juin 2020.

Compte tenu de la mesure de confinement en cours, l’élaboration de la campagne n’a pu être conduite normalement.
En conséquence les interventions n’auront lieu que sur les secteurs dits « permanents », à savoir l’axe Jaurès/Siam/Recouvrance, Harteloire, Kergoat et le port de commerce.
Sur ces secteurs, les adresses d’intervention seront celles de la campagne 2019. Les autres secteurs non-îlotés ou d’habitat pavillonnaire, dits « ponctuels », ne seront pas traités.

Il n’y aura donc pas de prise en compte de nouveaux signalements pour une intervention en 2020. En revanche, les nouveaux signalements seront enregistrés en vue de la campagne 2021 lorsque la situation sanitaire permettra une mise en œuvre optimale.

Les nuisances sont variées : bruit, salissures, dégradation des toitures, dispersion des déchets ménagers sur l’espace public, agressivité.

De ce fait, depuis 1993, une campagne annuelle de stérilisation, sur autorisation préfectorale, est menée sur la ville de Brest afin de réguler cette population et limiter, par conséquent, leurs nuisances.

Ces opérations se déroulent sous le contrôle du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie et avec le concours des scientifiques et ornithologiques de l’association Bretagne vivante - SEPNB (Société pour l'étude et la protection de la nature en Bretagne).

Chaque année, des spécialistes se rendent ainsi sur les toits des immeubles, aux mois de mai et de juin, pour stériliser les œufs ce qui empêche leur éclosion et met en échec la reproduction.

Ces campagnes permettent dorénavant de stabiliser la population des goélands aux alentours de 900 couples. Sans cette démarche, ce sont plus de 16000 couples qui seraient dénombrés sur notre ville.

Toutefois, les riverains brestois peuvent également agir pour aider la collectivité à maîtriser la présence des goélands en ville.

Quelques conseils à suivre :

  • ne pas nourrir les oiseaux, ce qui favoriserait leur installation et nidification à proximité
  • respecter les règles de propreté de l’espace public mais également privé : déposer ses déchets dans des conteneurs fermés
  • ne pas ôter les œufs des nids, ce qui entraînerait une nouvelle ponte. Les goélands sont, en effet, capables de faire jusqu’à trois pontes
  • ne pas détruire les nids, qui seraient rebâtis par le couple nicheur à proximité. Le risque serait qu’ils les reconstruisent dans un lieu inaccessible qui empêcherait toute stérilisation.
  • signaler la présence de nids afin qu’ils soient répertoriés puis stérilisés
  • faciliter l’accès des immeubles aux techniciens afin de garantir la stérilisation des nids repérés
  • et protéger ses toits avant la nidification : s’ils nichent habituellement sur le vôtre (maison, immeuble), ne pas hésiter à installer des moyens de protection qui empêchent définitivement leur installation : filets, pics, barbelés, grilles, fils tendus sur le toit ou la cheminée.

Contact

Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.

Dernière mise à jour le :