L'histoire de Brest

De la préhistoire à aujourd’hui, Brest est une ville marquée par son passé maritime et dont le présent s’écrit aussi avec la mer.

L’histoire de Brest remonte à la préhistoire avec la topologie du Brest originel, c'est-à-dire celui du château actuel, promontoire naturel, bordé d'un côté par la Penfeld, de l'autre par la mer. A l'Antiquité, la naissance de Brest correspond à la construction sur le site du château actuel d’un camp fortifié romain à la fin du IIIe siècle. Au Moyen Âge, l’histoire de Brest se confond avec celle de son château. Au XIe siècle, son nom latin est Bresta super Caprellam ce qui signifie Brest sur Chevrette. 

En 1593, Henri IV accorde à Brest le titre de ville en récompense de sa fidélité pendant les guerres de la Ligue qui opposent catholiques et protestants. Idéalement située pour la surveillance des côtes, avec une rade qui offre un abri isolé pour les navires, Brest inspire Richelieu : ainsi naît l’Arsenal, sur décision de Louis XIV (1631). Son développement est poursuivi par Colbert et bénéficie du génie de Vauban pour la fortification de la ville par une série de bastions.

Au siècle suivant, commencent les grands voyages d’exploration où s’illustrent au départ de Brest, Bougainville (1766), Kerguelen (1773), La Pérouse (1785), puis d’Entrecasteaux (1791) à sa suite. 

Aujourd’hui, ces naturalistes et découvreurs sont biologistes marins ou océanologues. Leurs navires se nomment Pourquoi pas ? (Ifremer), Marion Dufresne (Institut Polaire Paul-Emile Victor), Antea (Institut de Recherche et Développement), BH2 La Pérouse (Service Hydrographique et Océanographique de la Marine) ou Beautemps-Beaupré (Marine nationale). De nombreuses missions scientifiques sont ainsi régulièrement initiées depuis Brest et leurs observations contribuent à former un réseau actif pour l’étude des océans.

Installé dans la Batterie du Cavalier sur la rive droite, le jardin des Explorateurs abrite des espèces botaniques rapportées des quatre coins du monde par des explorateurs et des botanistes partis de Brest.

L’Arsenal contribue grandement au développement de Brest, ce jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle.

Durant la Seconde Guerre mondiale, entre 1940 et 1944, Brest est presque entièrement détruite par 165 bombardements alliés. Après la guerre, son centre-ville historique est progressivement reconstruit de 1946 à 1961 sur des plans élaborés par l’architecte Jean-Baptiste Mathon (1893- 1971) secondé par Maurice Piquemal, inspecteur général des Ponts et Chaussées (1902-1995). La Reconstruction s’achève avec l’élévation du nouvel hôtel de ville sur la place de Liberté, nouveau centre du Brest reconstruit.

Depuis la fin du XXe siècle, la ville développe le secteur tertiaire. Aujourd’hui, Brest compte 139 384 habitants (recensement 2014) et est une ville universitaire avec 24 000 étudiants. Avec sept autres communes, elle forme depuis le 1er janvier 2015 la 14e métropole de France, appelée Brest métropole. 

Brest s’engage depuis quelques années dans une démarche de valorisation des patrimoines, couronnée par l’obtention du label Ville d’art et d’histoire. Il a été décerné à Brest par le ministère de la Culture en décembre 2017, après une candidature portée activement depuis 2014 par les acteurs et habitants de Brest. 

Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.

Dernière mise à jour le : 11 oct. 2018