La qualité de l'air

A Brest, la qualité de l’air est mesurée en continu par Air Breizh afin de vérifier le respect des normes sanitaires. Lorsque les relevés et les données météorologiques indiquent un dépassement réel ou prévisible des seuils admis, une procédure d’information ou d’alerte selon la situation, est lancée par la Préfecture.

Connaître la qualité de l’air d’aujourd’hui

L’indice Atmo du jour et toute autre information sur la qualité de l’air (réglementation, polluants et sources de pollution, impact sur la santé…) sont disponibles sur le site internet d’Air Breizh 

Le saviez-vous : L'indice Atmo permet d'évaluer la qualité de l'air quotidien. C'est un chiffre allant de 1 à 10 associé à un qualificatif : de très bon (1) à très mauvais (10). Il tient compte des principaux polluants atmosphériques traceurs des activités du territoire (transport, activités urbaines, agricoles et industrielles.

A l’examen de l’indice Atmo quotidien sur toute la période de surveillance depuis 1999, la qualité de l’air est plutôt bonne sur la métropole brestoise : les indices de bonne qualité (indices atmo de 3 à 4) représentent 80 à 85% des indices atmo mesurés. Un jour sur cinq la qualité de l’air est moyenne (indices 5 et 6) et les épisodes de mauvaise à très mauvaise qualité de l’air restent très exceptionnels (indice atmo de 7 à 10).

Malgré tout, les sources d’émissions de polluants sont présentes comme dans toutes les agglomérations (transport, chauffage en secteur urbain et résidentiel, chantiers…). Si ces polluants sont en général bien dispersés, la qualité de l’air peut tout de même se dégrader par accumulation de particules fines ou de dioxyde d’azote, surtout en période hivernale ou sous l’effet de pics d’ozone formé en période de forte chaleur. Ces phénomènes peuvent entraîner un dépassement ponctuel des seuils de qualité de l’air, de plus ou moins longue durée, ce qui peut ce qui peut avoir un impact sur l’état de santé des personnes déjà fragiles, notamment sur le plan respiratoire ou cardiaque. Parfois des masses d’air plus ou moins lointaines peuvent aussi apporter des polluants rendant l’air local pollué.

Chacun peut agir quotidiennement pour réduire l’émission de polluants extérieurs. Tenez-vous informés sur les formes de mobilité durable proposées sur le territoire.

Téléchargez les guides de l’ADEME :

Les alertes pollution

Dès que les dépassements des seuils de qualité sont observés ou prévus par Air Breizh, le Préfet relaie l’information vers ses services en charge de l’information des publics sensibles des établissements d’enseignement, de santé, de pratiques sportives intensives, ainsi que vers les communes et vers les médias locaux. Brest métropole s’assure également d’une bonne information de ses services et de la population via notamment la page d’accueil de son site. Ces alertes sont relayées sur brest.fr ainsi que les recommandations sanitaires et comportementales adaptées à chaque épisode de pollution. 

Il est possible de recevoir instantanément l’information sur ces alertes via les réseaux sociaux, Facebook et Twitter de la collectivité. 

Que faire en cas d’alerte pollution

Si vous êtes une personne sensible à la pollution atmosphérique, Il vous est conseillé de vous inscrire ici  pour recevoir par courriel  l’alerte et les recommandations sanitaires propres à chaque type d’épisode.

L’information délivrée à l’ensemble de la  population lors des pics de pollution s’accompagne des recommandations comportementales à suivre.

Pour réduire la durée et l’intensité des pics de pollution, de manière à réduire l’exposition de la population : 

  • réduire les vitesses de tous les véhicules sur les axes routiers importants, (routes nationales et départementales) et adopter une conduite souple en ville
  • privilégier le covoiturage, les transports en commun plutôt que la voiture en solo, mettre en œuvre les plans de déplacement d’entreprise. 
  • privilégier la marche à pied ou le vélo (sauf pour les personnes vulnérables ou sensibles à la pollution atmosphérique).
  • éviter d’allumer les feux d’agréments (bois), contrôler le bon fonctionnement des installations de combustion, des équipements de chauffage et bien en maîtriser la température. Les brûlages de déchets à l’air libre sont interdits toute l’année.
  • éviter les envolées de poussières, les systèmes de dépoussiérages mal réglés, et reporter autant que possible toute activité ponctuelle polluante (épandages, emplois d’outils à moteurs thermiques, barbecue…

La collectivité agit pour améliorer la qualité de l’air de la métropole

La collectivité œuvre à intégrer la préoccupation de la qualité de l’air à travers ses politiques publiques définies par le Plan local d’urbanisme et plus particulièrement le Plan de déplacements urbains.
A travers le Plan Climat énergie territoriale, la politique de réduction des gaz à effets de serre induit également une réduction des émissions de polluants atmosphériques 

Les polluants mesurés

Les polluants mesurés sont principalement des polluants urbains nocifs :

  • Mesures en continu : Dioxyde de soufre (SO2), oxydes d’azote (NOx), ozone (O3),Particules fines (PM10 et PM2,5) 
  • Campagnes de mesures ponctuelles : Hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), Métaux lourds et Benzène 

Autres sources  de pollutions de l’air

 

 

Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.

Dernière mise à jour le : 28 sept. 2016