Droit d'expression des groupes politiques

Le règlement du Conseil municipal de Brest, accorde aux groupes politiques un droit d'expression.
Vous trouverez ci-dessous les textes publiés dans ce cadre. Ces textes sont également publiés dans la revue Sillage.

Expression libre (Sillage N°193, octobre 2016)

Union des forces de gauche, de progrès et de l'écologie

Oui, nous sommes fiers de notre territoire

Notre territoire a des atouts. A ceux qui perdent leur temps à en dresser une image négative, nous disons que oui nous pouvons être fiers de Brest ! Cette affirmation est aussi ce qui a permis d’acquérir notre statut de métro- pole : levier pour catalyser les énergies, renforcer l’attractivité, le rayonnement et le développement de l’Ouest breton. Oui, c’est aussi une dynamique pour renforcer la solidarité et l’implication de toutes et tous.

Face à la tentation d’une ville fermée et repliée, récusant la noire vision de ceux qui vivent dans une trompeuse nostalgie et refusant le dénigrement systématique des cyniques critiques, les élus socialistes entreprennent pour l’avenir et œuvrent à ouvrir des perspectives pour la métropole de Brest. 

A la vue de quelques exemples de ces derniers mois, ce processus prend corps. La réussite de la Stratégie métropolitaine de développement économique qui a réuni près de 500 acteurs du territoire et du contrat de réciprocité Centre Ouest Bretagne, pour dire ensemble que nous développons ce territoire, dans la coopération et la collaboration, et que nous allons agir plus fortement encore. Le Plateau des Capucins, dont l’ouverture progressive des équipements et des locaux va dessiner un nouveau visage de notre métropole. Les Fêtes maritimes de Brest 2016, seul événement capable de faire venir ici autant de femmes et d’hommes pour découvrir le patrimoine maritime et notre région. En capacité aussi d’unir des services publics, des associations, des entreprises, de mobiliser bénévoles et passionnés de la mer, pour construire un moment unique dont la réussite saluée en dit long sur l’énergie de notre métropole.

Oui nous sommes fiers de tout cela. Oui ce sont là des atouts pour notre collectivité. Oui tout cela fait la force de notre métropole, sa capacité à fédérer, à mobiliser largement. Alors oui, Ensemble pour Brest, nous tenons le cap avec tous ceux qui sont engagés à en faire un territoire fort de progrès, de solidarité et d’innovation.

Groupe des élu-e-s socialistes de Brest Métropole www.elus-socialistes-bmo.fr

L’été identitaire fut long… Réussissons la rentrée sociale !

Alors que 64 % des Français pensent que les thèmes économiques et sociaux priment dans leur quotidien, politiques et médias confondus s’accordent pour faire des questions iden- titaires le point de gravité de toute la vie politique de notre pays. La polémique du « Burkini », véritable « feuilleton de l’été » en est la triste preuve, le Premier ministre emboîtant le pas à la droite et l’extrême droite.

Le principe de Laïcité, fondateur de notre République, ne signifie pas la restriction ni la stigmatisation des religions, mais bien le respect des croyances de chacun et la liberté de se vêtir comme on l’entend. Dans tout ce « brouhaha identitaire » stérile, quid des réels problèmes sociaux ? L’urgence ne serait-elle pas sociale quand 38 % des Français-es sont ou ont été confronté-e-s à la précarité, et près de 9 millions d’entre eux vivent actuellement sous le seuil de pauvreté ? À Brest, on note quasiment 2000 foyers allocataires du RSA en plus sur 4 ans. La casse organisée des services publics par l’État est également prégnante, en témoigne le projet de fermeture de la Poste du port de commerce et celle des Quatre-Moulins.

À Brest, la culture sociale est encore bien présente, issue historiquement des nombreuses luttes, pour faire progresser, entre autres, les droits des ouvrier-e-s de l’Arsenal. Les Brestois-e-s ne l’oublient pas. Les élu-e-s communistes agissent chaque jour pour que les vrais débats reprennent toute leur place au sein de la société. Il est urgent d’en finir avec la dérive rhétorique de nos dirigeants et de reprendre la voie de l’émancipation humaine. La Fête de l’Humanité avec près de 500000 personnes a porté ces aspirations. Continuons !

Les élu-e-s communistes et de progès de Brest. Gaëlle Abily, Claude Bellec, Eric Guellec, Jacqueline Héré 22 Bis rue Bruat 29200 BREST 02 98 43 05 41 elus-communistes@org-brest.fr

Entourloupe de la dette : refusons de nous faire confisquer le débat

En juin, François Hollande annon- çait la diminution de moitié de « la contribution des collectivités au redressement des finances publiques » pour 2017. Si on a pu considérer un ins- tant qu’il s’agissait d’une bonne nouvelle, il s’avère qu’il n’en est rien. Asséchées budgétairement depuis 3 ans, les collectivités locales comme la ville ou la métropole, ont déjà vu leurs marges de manœuvre financières fondre comme neige au soleil.

Alors que démarrent les campagnes présidentielle et législatives de 2017, nombreux sont les candidats de droite mais égale- ment certains socialistes, qui prônent une nouvelle cure d’amaigrissement pour les services publics et la fonction territoriale, au nom de la “compétitivité”. Alors même que nos entreprises du CAC 40 cumulent 40 milliards d’euros de profit sur les 6 premiers mois de 2016 ! Pendant ce temps, chaque année, ce sont aussi jusqu’à 80 milliards d’euros qui s’envolent dans les para- dis fiscaux !

Refusons de nous faire confisquer les débats par la seule logique de l’austérité car elle menace directement la vie de nos territoires. Au contraire, au regard des enjeux de la période, nous n’avons jamais eu autant besoin de services publics, de solidarité et de citoyenneté. Et cela passe par la réaffirmation de nos politiques prioritaires : l’éducation, le social, la culture, le sport, la jeunesse et le soutien aux alter- natives citoyennes.

C’est de la responsabilité des villes et des collectivités, non seulement parce qu’elles servent d’amortisseurs économiques et sociaux, mais aussi parce notre qualité de vie en dépend concrètement. C’est sur cette base que nous nous sommes engagés sur notre programme municipal, or sa mise en œuvre est aujourd’hui menacée par ces politiques.

Brest a des ressources formidables : sa richesse maritime, ses nombreux potentiels énergétiques et économiques. Notre géographie est un atout incroyable à porter. Sachons aussi consolider sa vie associative et son dynamisme social et culturel. Car rappelons que le développement économique et humain d’un territoire passe d’abord par sa cohésion et la lutte contre les inégalités.

Groupe des élu-e-s de l'autre gauche - Brest nouvelle citoyenneté. Patrick Appéré, Roselyne Filipe, Charles Kermarec, Yvette Le Guen 213 Quai Eric Tabarly 29200 Brest 02 98 80 75 50 elus-bnc@org-brest.fr

Du bon sens Madame La Ministre

Depuis des années, la ville de Brest soutient le développement de l’enseignement bilingue français-breton.

C’est ainsi que trois sites existent sur la ville : les groupes scolaires de Jacquard, Aubrac et Kerargouayat offrent aux petit.e.s brestois.e.s la possibilité de suivre une scolarité à parité horaire français- breton de la maternelle au primaire. Les élèves désireux de poursuivre un parcours bilingue ont la chance de pouvoir le faire à la cité scolaire de l’Iroise.

La loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République a confirmé que les langues régionales sont dans le socle commun de connaissances, de compétences et de culture.

C’est donc avec surprise que nous avons appris que les collégien.ne.s bilingues de l’Iroise sont sans professeur.e bilingue d’histoire-géographie.

Cette situation résulte d’un dysfonctionnement et d’un mauvais calibrage des besoins. Or, des professeur.es qui pré- sentent la double compétence requise pour occuper ce poste vacant ont été nommé.e.s sur une autre académie !

Les élu.e.s EELV brestois demandent à Madame la ministre de l’Éducation nationale, déjà alertée de ce problème, de procéder dans les plus brefs délais à la réaffectation de ces professeurs.es dans l’académie de Rennes, comme le prévoit le contrat de plan Etat Région 2015-2020. Une telle décision serait du simple bon sens et permettrait enfin aux collégiens bilingues de l’Iroise, de suivre leur par- cours dans de bonnes conditions.

De façon plus générale, il est plus que temps que le ministère s’interroge sur les difficultés de recrutement dans les filières bilingues.

Pourquoi imposer un CAPES bivalent (bre- ton + une autre discipline) aux étudiant.e.s souhaitant enseigner dans les filières bilingues ? Pourquoi une telle exigence existerait seulement pour les langues régionales ?

Groupe des élu-e-s EELV de Brest. secretariat.elus.europeecologie@vertsbrest.infini.fr 02 98 46 08 78

C’est à nous, ville de Brest, de nous adapter aux citoyens, et non l’inverse !

La société est diverse et cette diver- sité représente un défi pour l’accès de tous à l’ensemble de nos services à la population, dans l’égalité d’usage et de confort.

Nous sommes tous uniques, nos besoins sont différents. Pourtant, notre collectivité continue à développer des projets exclusifs pour ceux qui sont « dans la norme », au détriment de ceux qui sont « hors norme ». L’approche à court terme des coûts de fonctionnement, les habitudes installées, l’absence de rigueur à prendre en compte les publics à besoins spécifiques en amont des projets, conduisent souvent à concevoir et à proposer un service adapté à un illusoire « usager moyen ».

Or, avec l’allongement de la vie et la nécessité d’inclure les personnes en situation de handicap dans nos politiques, dès la petite enfance, les usagers réels sont de plus en plus différents de l’usager moyen théorique.

La norme est abstraite, elle ne représente personne, mais elle est confortable pour l’attelage élu-e/fonctionnaire. A contrario, la diversité représente tout le monde, mais elle bouscule les esprits, oblige à des remises en cause permanentes.

Il y a donc urgence à ce qu’élu-e-s et services apprennent ensemble à concevoir des aménagements, des services, des pro- jets, des évènements accessibles à tous sans distinction d’âge, de sexe, de santé, de handicap ou de culture. C’est encore loin d’être le cas, même si des réussites montrent que c’est possible, peu coûteux et très efficient en matière de participation citoyenne.

Si nous ne parvenons pas rapidement à une pratique de conception universelle qui simplifie la vie des gens, facilite leur accès aux lieux et aux contenus grâce à une communication adaptée, nous conforterons ce qui existe déjà : des exclusions et des discriminations inconscientes mais bien réelles.

Composante UDB de la majorité municipale. Anne-Marie Kervern, 29 rue Navarin, Brest elus-udb@org-brest.fr Tél. 02 98 46 22 73

« La culture n'attend pas » Ou le meilleur outil pour la laïcité

Les Radicaux de Gauche, lors de leur récent congrès, ont affirmé que la culture participe à l’apprentissage de la vie, porte en germe la liberté et en particulier la liberté de conscience. Elle constitue une ouverture sur le monde comme elle permet de le comprendre. C’est une main tendue vers l’autre et la diversité de ses expressions. Elle est un pas- sage obligé dans cette volonté du « vivre ensemble » qui constitue le fondement de notre devise républicaine et du principe de laïcité qui en est le ciment. La culture universelle est un vecteur de liberté en favorisant l’élévation du citoyen de la République et l’émancipation collective face à des idéologies adeptes de l’ignorance ou de la sélection des idées agissant sur l’individu. Elle a été et est toujours un formidable rempart contre l’influence croissante des croyances partisanes d’une éducation restrictive et anesthésiante. C’est le devoir de toute collectivité d’offrir une culture de qualité, variée, partagée et accessible. Par le biais de son nouveau pôle culturel aux Capucins et son accès privilégié par le téléphérique, la ville de Brest répond à cet appel, à cette nécessité et à l’urgence des temps actuels. La mise à la disposition de tous de cet outil culturel est une richesse et une priorité. Cependant il ne faut pas déshabiller Pierre pour habiller Paul. Toutes les cultures se doivent d’être mises en valeur; l’intérêt collectif, rôle de la République et de ses représentants, doit prévaloir sur toutes autres sortes de visées ou intentions. C’est un principe de précaution et de vigilance, auquel les Radicaux de Gauche vont porter une attention toute particulière, de s’assurer de la pluralité culturelle de notre ville pour laquelle le tissu actuellement existant ou prochainement à venir va être un formidable catalyseur de la dynamique culturelle locale et du renforcement de la laïcité.

Groupe des élu-e-s du partir radical de gauche de Brest métropole. Christiane Migot 

Rassemblement pour Brest

Brestoises, brestois. Votez à la primaire ouverte de la droite et du centre

Comment ça marche ?

Les 20 et 27 Novembre 2016, comme l’en- semble de nos concitoyens se réclamant des valeurs de la droite et du centre, vous pourrez choisir le candidat qui portera nos couleurs lors des élections présidentielles de 2017.

Cette primaire est ouverte à TOUS. Il n’est pas nécessaire d’être adhèrent à un parti politique pour pouvoir voter.

A Brest, les 104 bureaux habituels ont été regroupés sur 13 lieux de vote.

Les bureaux seront à proximité de votre domicile pour vous accueillir et vous per- mettre d’exprimer votre préférence.

Vos élus du Rassemblement pour Brest s’engagent pour assurer, sous le contrôle de la haute autorité de la primaire, le bon déroulement des opérations de vote. Ils présideront chacun un des bureaux bres- tois.

Qui ? Où ? Quand ? Qui peut voter ?

  • VOUS, comme tous les citoyens français inscrits sur les listes électorales qui « souscrivent aux valeurs de la droite et du centre ».
  • Vous devrez voter vous-même. Aucune procuration ne sera autorisée.

Une participation financière de 2 euros pour l’organisation de la primaire sera demandée pour chaque tour.

Quand voter ?

  • le dimanche 20 novembre 2016, pour le premier tour
  • le dimanche 27 novembre 2016, pour le second tour

Où voter à Brest ?

A Brest, 13 bureaux de vote près de chez vous, ouverts de de 8h00 à 19h00.

Vous votez habituellement --> Vous voterez

  • Bureaux 1 à 7, bureaux 12 et 13 --> Patronage Laïque Le Gouill - 15 rue Jean-François Tartu
  • Bureaux 8 à 11, bureaux 14 à 17, bureau 20 --> Maison pour Tous du Valy Hir – 1 rue des Frères Goncourt
  • Bureaux 18 et 19, bureaux 21 à 26  --> Local associatif et jeunes de Quéliverzan - 80 bis rue Général Galliéni
  • Bureau 27, bureaux 31 à 33, bureau 37 --> Permanence Rassemblement pour Brest – 21 rue Jean Macé
  • Bureaux 28 à 30 --> Maison des œuvres - 22 rue Pasteur
  • Bureaux 34 à 36, bureaux 39 à 44 --> Patronage Laïque Sanquer – 26 rue Choquet de Lindu
  • Bureaux 45 à 48 --> Maison pour Tous du Guelmeur -34, rue Montcalm
  • Bureaux 49 à 54, bureau 57 --> Patronage Laïque St Marc - 12 rue Docteur Floch
  • Bureaux 55 et 56, bureaux 58 à 65 --> Centre associative – 6 rue Pen ar Créach  
  • Bureau 38, bureaux 66 à 71, bureau 75 --> Maison Quartier Kérinou - rue Commandant Somme Py
  • Bureau 72, bureaux 80 à 91 --> Maison pour Tous de Bellevue – 1 rue de Quercy
  • Bureau 74, bureaux 76 à 79, bureaux 95 à 104 --> Salle Pierre Corre – rue Pierre Corre

Vos élus du Rassemblement pour Brest. Bernadette Malgorn, Présidente, Rémi Hervé, Bruno Sifantus, Marc Berthelot, Brigitte Hû, Véronique Bourbigot, Michel Calonnec, Claudine Péron, Laurent Guillevin, Colette Le GuenBoucher. 21, rue Jean Macé - Brest. Tél 02 98 47 64 96 rassemblement-pour-brest@org-brest.fr www.rassemblement-pour-brest.fr


Brest alternative

Téléphérique : pour que faire ?

Voici donc les essais des cabines du téléphérique. Les Brestois voient d’où il s’élance, mais restent encore dubitatifs sur sa destination car, hormis une mini croisière au-dessus de la Penfeld, son utilité finale reste à démontrer.

Aux Capucins, seul l’immeuble Cap Vert _ dont l’accès se passe du téléphérique _ semble un vrai succès. Pour le reste, c’est le grand flou : la médiathèque ne sera pas prête avant longtemps et le projet de multiplexe a manifestement du plomb dans l’aile car plus que contestable.

Dans une ville où l’offre de fauteuils est largement suffisante, l’arrivée de ce nouvel équipement ne peut que fragiliser gra- vement les établissements existants qui ont déposé un recours collectif devant la CNAC. C’est l’offre d’Art et essai qui est la plus menacée. Enfin, ce projet ne peut qu’ajouter aux difficultés commerciales du Haut-Jaurès, déjà touché depuis le chantier du tramway. Un nouveau feuilleton des Halles St Louis ? A suivre.

Les élus de Brest alternative. Nathalie Collovati, Pascal Kerberenes Christine Margogne. brest.alternative@outlook.com. 10 rue de l’Harteloire 

Partage-Solidarité

De l’illégalité et des inégalités, voilà ce qui ressort de ces derniers mois à Brest. D’un côté des demandeurs d’asile que l’Etat refuse toujours de prendre en charge et harcelés par les services de BMH, de l’autre un maire mis en cause par un article documenté et factuel du journal Marianne sur des marchés publics douteux passés dans le cadre de Brest 2016. Cet article met en lumière un système de favoritisme qui, s’il est avéré, pourrait conduire les personnes impliquées devant les tribunaux.

Julie le Goïc. Partage -Solidarité

Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.

Dernière mise à jour le : 17 nov. 2016