Solidarité

Nuit de la solidarité : une première à Brest

Mis en ligne le

Jeudi 20 janvier, habitants, élus et agents de Brest métropole se sont mobilisés dans les rues de Brest, à l’occasion de la Nuit de la solidarité. Une première, qui a permis d’aller à la rencontre des personnes sans abri.

Jeudi 20 janvier, la ville de Brest s’est pour la première fois inscrite dans le mouvement national de la Nuit de la solidarité, aux côtés des 28 autres villes qui participaient à l’opération le même soir. Une initiative innovante, qui a permis d’aller au-devant des personnes sans-abri, pour mieux connaître leur situation et leurs besoins. 

90 volontaires à l’écoute des sans-abri 

La ville de Brest avait lancé, en décembre, un appel aux habitants désireux de se joindre à l’opération. Ils et elles étaient au final 90, habitants, bénévoles associatifs, élus et agents de Brest métropole à répondre à l’appel le 20 janvier. 
Répartis en équipes pluridisciplinaires, ils se sont répartis 14 secteurs de la ville, pour aller à la rencontre des personnes sans-abri, et échanger avec elles sur leur situation, autour d’un questionnaire. Document qui est également distribué actuellement dans les différents lieux d’accueil de jour de la ville, et dont les retours viendront compléter le panorama des témoignages recueillis le 20 janvier dans les rues de la ville. 

Comprendre et mieux répondre aux besoins 

Les réponses apportées à l’occasion de cette première édition de la Nuit de la solidarité brestoise feront l’objet d’un compte rendu courant mars. L’objectif étant d’adapter les réponses de la collectivité et de ses partenaires aux besoins exprimés par les personnes en situation de sans-abrisme: « L’idée est de comprendre le parcours des personnes, de comprendre aussi pourquoi elles en sont là, pourquoi elles n’ont pas trouvé de solution. Cela pourra aboutir à des réponses nouvelles, de notre part comme de celle des partenaires qui travaillent ici avec nous sur ce sujet », explique Marion Maury, adjointe au maire en charge de l’action sociale.