Droit d'expression des groupes politiques de Brest métropole

Le règlement du Conseil de Brest métropole, accorde aux groupes politiques un droit d'expression.
Vous trouverez ci-dessous les textes publiés dans ce cadre. Ces textes sont également publiés dans la revue Sillage.

Mars 2021 - Expression libre (Sillage N°234)

Union des forces de gauche, de progrès et de l'écologie

Une métropole au service du quotidien

Brest métropole vote ce mois-ci le premier budget du mandat. Ce budget, nous l’avons bâti de manière à lancer de nombreux chantiers d’avenir qui contribueront à faire de notre métropole un territoire toujours plus agréable à vivre au quotidien. Parmi les priorités, une attention particulière sera portée à la transformation urbaine et au développement de la nature dans les quartiers.

Le nouveau souffle que nous voulons donner à nos quartiers trouve d’ores et déjà à s’exprimer aux quatre coins de la métropole, à l’image du projet du Haut Jaurès dont les façades colorées illustrent une dynamique vertueuse. L’année dernière, 17 locaux vacants ont trouvé preneur et 40 emplois ont été créés. Les opérations de travaux lourds sur les immeubles et les rénovations de façades se poursuivront cette année.

Il en sera de même pour les quartiers de Bellevue et de Recouvrance dont les opérations de renouvellement urbain sont entrées dans leur phase de réalisation. La transformation urbaine de la place de la Liberté se poursuivra afin de lui redonner sa fonction d’agora. Les autres communes de la métropole verront également la réception ou le lancement de réaménagements des espaces publics en cœur de ville. Une politique de l’habitat ambitieuse sera portée afin de moderniser les immeubles datant de la reconstruction brestoise, notamment en matière de rénovation acoustique et énergétique.

En parallèle, nous adopterons une approche tous azimuts de renaturation des quartiers. Nous réserverons des espaces dédiés pour de nouveaux jardins partagés et nous accompagnerons le projet de jardin extraordinaire sur les falaises du port de commerce. Des îlots de biodiversité verront également le jour et des terrains comme ceux de l’ancienne carrière de Bodonou seront mis en valeur en tant que « hauts lieux » de la biodiversité. Cette dynamique prendra également tout son sens avec le démarrage des études dans le cadre du nouveau schéma de référence du Moulin Blanc et de l’île Factice.

Ce sont quelques exemples, parmi d’autres, qui renforceront la qualité de vie au quotidien !


Groupe des élu.e.s socialistes de Brest - www.elus-socialistes-brest.fr


Agir pour la relance de notre territoire

La crise sanitaire que nous traversons entraine des effets économiques et humains violents dans tout notre pays. Hélas, le territoire de notre métropole n’y échappe pas. Les secteurs de la culture, de l’événementiel et de la restauration, notamment, connaissent à l’heure actuelle de grandes difficultés du fait de l’arrêt de leurs activités. Il y a un fort risque de voir les liquidations judiciaires augmenter cette année.

Depuis un an, nos politiques publiques locales entendent limiter au maximum les effets de la crise sur l’emploi. Les différents dispositifs d’accompagnement que Brest métropole a déployés ont de ce point de vue été plus que nécessaires. Il est important de les prolonger ces prochains mois pour amortir le choc de la crise.

Parallèlement, l’heure est également à une relance de plus long terme, que nous souhaitons la plus rapide et la plus forte possible. Pour nous, communistes, cette relance doit se réaliser au niveau local selon 2 axes, au moins :

Le premier est celui du maintien d’un niveau d’investissement public élevé. Un haut niveau d’investissement public permet en effet à l’immédiat de soutenir les acteurs économiques locaux et l’emploi qui va avec. A moyen terme, il permettra la poursuite des transformations déjà engagées par notre équipe pour faire de notre métropole un territoire toujours plus solidaire, accueillant et durable.

Le deuxième concerne la poursuite de notre effort, avec tous nos partenaires, pour implanter de nouvelles activités industrielles sur le territoire local. Énergies Marines Renouvelables, réparation et déconstruction navale, activités innovantes à forte valeur ajoutée sur le plan environnemental, tous nos efforts doivent être placés sur la relocalisation de l’outil industriel et sur la construction de filières d’avenir capables de créer de l’emploi local de manière durable.

Le groupe des élu.e.s communistes - Eric GUELLEC, Mathilde MAILLARD, Jacqueline HERE, Jean-Michel LE LORC’H, Sandra LE ROUX, Taran MAREC, Anne-Catherine CLEUZIOU, Claudie BOURNOT-GALLOU


 

Faire de 2021 l’année du bénévolat !

Les communes de la Métropole ont construit leurs histoires, autour d’un tissu associatif dont le maillage territorial et la typologie en font une vraie richesse. Ce sont près de 1 800 associations qui sont aujourd’hui recensées et participent activement à la vie locale du territoire. Depuis le début de la crise sanitaire, sur le terrain, nombreux sont les bénévoles associatifs à être au rendez-vous, ne comptant ni temps ni énergie pour répondre avec d’autres, à l’urgence et faire que la vie continue malgré les restrictions.

Le projet de loi séparatisme et association actuellement en discussion parlementaire annonce l’obligation d’un contrat d’engagement républicain à toutes associations subventionnées. Ecrit pour répondre aux agissements déviants d’une minorité d’associations, cette loi jette l’opprobre sur la totalité du monde associatif. La laïcité est utilisée comme un dispositif de sécurisation de l’espace social, et on bascule pour les associations vers une laïcité de contrôle loin de la loi de 1905.

Il existe de sérieux risques pour la vie associative dans ce qu’elle a de plus essentiel : la liberté, la capacité à faire vivre le débat, à interpeller, être source de mobilisation citoyenne, à vivre ensemble. Elle va engendrer la restriction de l’action militante, décourager la prise de responsabilités bénévoles. Le monde associatif est au contact des réalités de terrain et de leur complexité. Ce rôle, est déjà parfaitement posé dans la Charte des engagements réciproques signée en 2014 entre l’Etat, les collectivités territoriales et le monde associatif.

Il est plus important de trouver des formes de reconnaissance, de soutien, et d’aide à la relance de la vie associative, en valorisant l’engagement bénévole. C’est pourquoi nous proposons que nos 8 communes, ensemble, fassent de 2021 l’année du bénévolat associatif. Une belle occasion de travailler ensemble à mettre en valeur et relancer notre important tissu associatif pour transformer le vécu traumatique des derniers mois en expérience heureuse. 

Le Groupe d’élu-e-s de la Gauche Sociale et Écologiste -Appéré Patrick, Hamon Xavier, Kerguillec Véfa, Kermarec Charles, Migot Christiane.


Pour une Métropole accessible en vélo, en bus, en tram et même en voiture !

Les déplacements sont au centre des politiques métropolitaines. La seconde ligne de tram et la ligne de BHNS vers Lambézellec sont des programmes structurants pour l’agglomération. Elles sont nécessaires mais ne répondent pas à toutes les problématiques.

La question des transports se pose aussi au-delà de la ville centre. La perspective de déploiement des pôles d’échanges multi-modaux en lien avec des lignes de bus rapides vers les autres communes de la Métropole est un engagement important. Ces pôles devront être correctement dimensionnés, bien conçus pour offrir les services adaptés pour les usagers en correspondance et permettre des échanges en toute sécurité entre voiture, vélo, bus et réseau de TCSP.

Mais les déplacements ne se limitent pas aux transports en commun. Les déplacements en voiture ne sont pas tabous. Or le réseau routier de la Métropole, et singulièrement de la ville de Brest, est ancien et en mauvais état. Les crédits d’entretien ne sont pas à la hauteur des enjeux. Aujourd’hui, nous reprenons moins de 1 % de notre linéaire de voirie tous les ans. C’est à dire qu’il faudrait attendre plus d’un siècle pour ré-intervenir sur une chaussée. Ce rythme est nettement insuffisant. Nous appelons à un plan Marshall pour nos routes.

Il nous semble également nécessaire de poursuivre les efforts visant à améliorer les circulations en périphérie de l’agglomération. En particulier, nous souhaitons voir avancer un certain nombre de chantiers comme les contournements de Lambézellec, de Lanvian à Guipavas ou le désenclavement du Technopole à Plouzané.

Le schéma directeur vélo doit également se déployer sur l’ensemble des huit communes. Notre métropole est compacte, elle doit être irriguée par des axes cyclables permettant à la fois d’assurer les trajets du quotidien vers les commerces et les services de proximité, mais également d’assurer les liaisons vers les zones d’emplois.

Les élus du GICA issus des majorités municipales de Bohars, Gouesnou, Guilers, Guipavas, Plougastel-Daoulas et Plouzané - elus-gica@brest-metropole.fr


Un budget au service des Brestoises et des Brestois

Cette année s’annonce compliquée pour notre territoire et ses habitants. Que ce soit sur le plan social, dans le domaine économique, sur les aspects financiers. Pour preuve, les difficultés que nous rencontrons dans l’élaboration des budgets de la ville de Brest et de la métropole pour 2021.

Une réalité qui s’impose à nous avec la gestion de cette crise sanitaire que nous subissons depuis de longs mois et qui nous amène tout naturellement à nous poser de sérieuses questions sur l’évolution financière de notre collectivité. Une crise qui pèse lourdement sur l’économie et impacte fortement nos choix politiques et le financement de nos projets.

Mais malgré toutes ces incertitudes qui, malheureusement, ne manqueront pas de s’accumuler, et les aléas auxquels nous serons certainement confrontés pendant encore longtemps, nous nous réjouissons que les propositions des 3 élus brestois du Parti Radical de Gauche soient prises en compte. En effet, comme nous l’avons souhaité, les décisions budgétaires de notre majorité se doivent d’être au service de Brest, des Brestoises et des Brestois. Et cela malgré la crise. Bien au contraire !

Les choix budgétaires que nous réclamons doivent nous permettre de financer notre politique de proximité et nos investissements. Tout en garantissant pleinement notre effort de solidarité et de fraternité, car personne ne doit être oublié sur le bord du chemin. Des choix qui confortent aussi notre détermination à soutenir l’ensemble des acteurs associatifs, culturels et sportifs de notre ville. Et tout cela en maintenant les taux d’imposition alors que les dépenses de fonctionnement sont plus volumineuses.

C’est donc un budget sérieux qui est proposé pour 2021. Un budget auquel nous sommes fiers d’avoir apporté notre contribution. Parce qu’il nous permet de respecter nos engagements pris voilà tout juste un an ; parce qu’il tient compte de nos possibilités financières et nos marges de manœuvre ; et parce qu’il répond aux attentes de nos concitoyens qui veulent que Brest soit une ville où on vit bien.

Les élus «Parti Radical de Gauche & Citoyen» - Fortuné PELLICANO, Hubert BRUZAC, Frédéric DEVAUX 


Pour une ville apaisée, généralisons la zone 30 à Brest ! 

Les autres villes de Bretagne le font ; pourquoi pas nous ? Les zones 30 sont devenues la règle dans les grandes villes de Bretagne et d’ailleurs. Les voies de circulation limitées à 30 km/h représentent 98% des voies à Lorient et plus de 80% à Rennes. A Nantes, leur généralisation l’été dernier a permis de contrer le risque de regain d’autosolisme lié au confinement. Pionnière, la Métropole de Grenoble a fait le choix de les généraliser dès 2016 ! Dans notre Métropole, on compte à peine 20% de voies à circulation apaisée.Apaiser la vitesse en ville, c’est bon pour le climat, c’est bon pour notre qualité de vie. C’est une vision politique nouvelle de la ville qui s’affirme et se généralise. Celle qui montre que les vélos, les piéton·ne·s, les usager·e·s des transports en commun sont aussi important·e·s que les automobilistes. Celle qui agit pour un partage plus équitable de l’espace public pour toutes et tous, qui réduit la place de la voiture pour préférer les parcs, les arbres, les chemins, les logements et les commerces.C’est aussi une ville plus sûre pour nos aîné·e·s, nos enfants ou tous ceux et toutes celles qui ont des besoins spécifiques dans leur mobilité. L’Adeupa soulignait en 2018 que « le vieillissement de la population nous amène à repenser la cohabitation des allures et à reconsidérer l’importance de la marche ». C’est utile également pour sécuriser les abords des écoles. La généralisation des zones 30 est une mesure claire, lisible et plus facilement respectable que des zones partielles et éparpillées, difficiles à repérer quand on circule dans la ville.Cette politique, enfin, viendrait enrichir le déploiement d’un plan vélo qui a été consolidé avec un budget conséquent, d’un plan piéton qui gagnerait à avoir un budget propre, d’un réseau de transports en commun qui va être considérablement renforcé. Alors, sur ce sujet de la généralisation des zones 30 à Brest, nous devons pour le coup accélérer !

Les élu·e·s écologistes de Brest - Nathalie Chaline, Glen Dissaux, Marion Maury, Gaëlle Morvan, Ronan Pichon, Gwendal Quiguer

Rassemblement pour Brest

BREST, C’EST VOUS !

Pour une politique du stationnement favorable aux usagers et au Commerce

Les élus Brest, c’est Vous ! ont voté contre la nouvelle politique du stationnement. Pourquoi ?

Le 15 décembre 2020, la gauche majoritaire votait, à la métropole, de nouvelles mesures en matière de stationnement. Elles sont en vigueur depuis janvier 2021. Les Brestois et les habitants de la métropole en découvrent depuis les effets négatifs.

On constate des augmentations allant de 2 à 11 %, suivant les zones pour le stationnement payant. Ce choix pèsera sur le pouvoir d’achat des ménages, sur celles et ceux qui ont besoin de leur véhicule pour travailler ou pour effectuer leurs achats. C’est une tarification punitive.

Sur la gratuité du samedi matin, il est vrai qu’elle favorisait les voitures ventouses. C’est pourquoi, nous n’étions pas opposés à sa suppression. Par contre, attention à une présentation trompeuse qui laisse espérer aux automobilistes une gratuité de 30 mn sur chaque temps de stationnement. C’est faux. Dès lors qu’ils dépasseront 30 minutes, ils payeront la totalité du stationnement. Pour une heure, ils paieront l’heure complète et non les 30 minutes restantes ! En outre, cela ne s’applique qu’une seule fois par jour.

Enfin, nous nous sommes opposés à la modification de la gratuité de la pause du midi ramenée de 12 h 00 à 13 h 30 à la place de 12 h 30 à 14 h 00. Une décision prise sans réelle concertation avec les acteurs du commerce et les restaurateurs, même si l’exécutif métropolitain ose prétendre le contraire.

Au final cette politique se caractérise par un manque d’étude d’impact et un déficit de concertation avec celles et ceux qui animent le centre-ville en faisant vivre le commerce à Brest.

Toutes ces mesures vont à l’encontre de l’attractivité commerciale du centre-ville déjà pénalisée par la crise sanitaire. Pour certains commerçants, c’est une question de survie, de leur emploi et celui des salariés.


2 questions à Véronique BOURBIGOT

Brest, c’est Vous a voté contre la modification des horaires de gratuité le midi, pourquoi ?

Le nouvel horaire n’est pas logique. D’ailleurs les restaurateurs ne comprennent pas ce changement. La pause méridienne était gratuite de 12 h 30 à 14 h 00. Désormais ce sera de 12 h 00 à 13 h 30. Voudrait-on faire fuir les clients, sans prendre ni dessert ni café, quand les restaurants pourront enfin rouvrir ?

De plus, l’exécutif nous a affirmé avoir consulté les professionnels et qu’ils étaient d’accord. C’est totalement faux. On nous a menti.

Dans un récent courrier, le vice-président en charge du dossier a fini par admettre que sa décision reposait non sur une concertation récente des professionnels, mais sur une enquête datant du printemps 2017.

Quatre ans après cette étude, la situation économique a bien changé. Les avis de 2017 sont-ils toujours pertinents en 2021 ? Tout cela est déconnecté du réel !

Que proposez-vous ?

Tout d’abord, cesser de détruire des places de stationnement et en créer en fonction de besoins. Revenir bien sûr sur cette décision de pause méridienne.

Nous proposons aussi la mise en place d’une véritable gratuité des 30 premières minutes, quel que soit le temps de stationnement. Pour une heure de stationnement, seules 30 minutes seraient payantes.

Nous proposons en outre, la gratuité tous les jours à partir de 17 h 30.

Nous proposons enfin l’instauration d’un forfait pour les professionnels du centre-ville, dans le même esprit que celui des résidents.

Nous faisons aussi des propositions pour les piétons et les vélos. Ça passe par la qualité de la voirie et la sécurisation des parcours.

Vos élus Brest, c’est Vous !

Bernadette Malgorn, présidente

Véronique Bourbigot, Laurence Kermarec, Valérie Aballéa, Gaëlle Monot, Bruno Calvès, Jean-Pierre Richard, Jean-Philippe Elkaïm, Franck Besombes, Vincent Perrot

21 rue Jean Macé - 02 98 47 64 96 - 
www.brest-cest-vous.fr

Brest progressiste

Réinterroger les priorités en matière de mobilités

Lors du dernier conseil de Métropole, nous avons défendu l’idée de repenser les choix de mobilités en les adaptant aux réalités du contexte économique et aux besoins des habitants et des habitantes de la Métropole. 

Une seconde ligne structurante de transport en site propre ne peut se penser qu’à l’échelle métropolitaine. Les bassins d’emplois et de vie ne se limitant pas à la seule ville de Brest, la question des pôles d’échanges multimodaux doit être travaillée de concert avec l’ensemble des communes de la Métropole. Enfin, il est à notre sens essentiel de ne pas persister dans une seule optique alors qu’il existe aujourd’hui des solutions techniques plus innovantes et ne nécessitant ni bétonnage des sols ni nuisances à l’environnement urbain.La crise de la COVID a profondément bouleversé nos habitudes de travail et de transport. Télétravail, covoiturage, usage du vélo, etc. Dans ces temps de crise, il est urgent que la majorité réinterroge le projet de seconde ligne de tramway à l’aune de ce qu’impose la situation. Car si rester ambitieux est une qualité, préserver l’avenir en ces temps incertains passe parfois par des choix plus pertinents, plus efficients et plus en adéquation avec les besoins immédiats de nos concitoyens.

Brest Progressiste Marc Coatanéa, Emmanuelle Tournier, Philippe Bazire

Nous contacter

Vous n’avez pas trouvé l’information que vous cherchiez dans cette page ?

Dernière mise à jour le :