Françoise, couturière bénévole

Mis en ligne le

Comme des dizaines d'autres « petites mains », Françoise, jeune retraitée, s'est tout de suite portée volontaire quand la ville de Brest a lancé un appel à candidatures pour assembler des kits de masques.

Je suis mobilisée pour assembler des masques arrivés en kit pour la ville. Avec mon mari, nous sommes de jeunes retraités, et nous cherchons un peu comment nous investir. C'est une ancienne collègue assistante maternelle qui m'a parlé de l'opération. Je suis venue un après-midi au lycée Jules-Lesven, et quand j'ai vu que des couturières devaient couper les élastiques pour les kits, je me suis dit que non, il fallait les laisser faire ce qu'elles savent faire. Le lendemain, mon mari Hervé est venu avec moi, et maintenant, c'est lui qui est la coupe des élastiques !
Avant de démarrer ici, j'avais fait des masques pour nous aussi, et puis pour ceux qui n'en avaient pas, dans notre réseau. Et je trouve ça normal de venir assembler ces kits pour la mairie : il faut aider ceux qui ne peuvent pas s'acheter ces masques, qui sont indispensables mais peuvent représenter un sacré budget pour une famille. Alors, si on peut aider... Et puis sincèrement, on rigole bien, on rencontre des gens sympas : humainement parlant, c'est aussi très enrichissant comme expérience !

En une semaine, environ 1200 masques assemblés sur le seul atelier du lycée Jules-Lesven.
Quatre encadrants professionnels du lycée pour accompagner les bénévoles dans la maîtrise des machines à coudre professionnelles mises à disposition des couturières et couturiers bénévoles, 5 jours par semaine au mois de mai.