Education

Une charte pour les Atsem à Brest

Mis en ligne le

Parce que le métier d’agent territorial spécialisé des écoles maternelles (Atsem) a beaucoup évolué ces dernières années, la ville de Brest et l’Education nationale viennent de formaliser une charte qui précise les missions de ces agents au service de l’éducation des petits Brestois.

C’est un travail de longue haleine qui a permis, mercredi 9 octobre, de parvenir à la signature de la charte des Atsem de la ville de Brest. Trois ans de coopération entre la ville et l’Education nationale auront été nécessaires, pour la construction d’un document qui va désormais servir de socle à une collaboration constructive entre les Atsem et les enseignants des écoles publiques de maternelle à Brest. 

Membres des équipes éducatives

« Cette charte revêt une importance toute particulière pour nous. Car elle va permettre de renforcer encore la qualité de l’offre éducative à Brest. Nous avons voulu ici y rendre plus visible le rôle des Atsem, qui appartiennent pleinement aux équipes éducatives », a rappelé François Cuillandre, maire de Brest, avant d’apposer sa signature au bas de la charte. Et l’élu de rappeler que, sur le sujet, la ville a fait des choix forts : « Ailleurs, la règle est d’un Atsem par école publique… A Brest, nous avons fait le choix d’un Atsem par classe a minima. Cela n’est pas le fait du hasard, mais bien d’un choix politique pour l’éducation ». 

Co-construction

Novatrice sur plusieurs points, dont celui de son aboutissement puisque beaucoup de communes lancent le chantier sans jamais parvenir à un accord, la charte a notamment pris en compte l’évolution des métiers et permet entre autres de : 

  • Mieux définir le champ des missions de l’Atsem ;
  • Déterminer clairement les liens entre Atsem et enseignants, notamment dans l’organisation pédagogique, la relation aux parents ;
  • De formaliser les temps de concertation autour des activités scolaires.

« On connaît l'importance de l'école maternelle dans l'épanouissement de l'enfant. La collaboration  entre Atsem et enseignants n'en est donc que plus précieuse", a rappellé Caroline Lombardi-Pasquier, directrice académique des services départementaux de l'Education nationale.
«Le métier d’Atsem est indispensable pour la ville, pour les enseignants, pour les parents, et, c’est là le plus important, pour les enfants ! Cette charte est le produit d’une co-construction avec l’Education nationale, autour de la même passion pour l’éducation et le bien-être de l’enfants. Elle n’est donc pas inscrite dans le marbre, et pourra évoluer dans l’avenir », a conclu François Cuillandre.