Sport

Un nouveau skatepark au jardin Kennedy !

Mis en ligne le

Les amateurs de glisse peuvent se réjouir ! Le skatepark du jardin Kennedy va se refaire une sacrée beauté, avec un chantier engagé par la ville de Brest. Quatre mois de travaux seront nécessaires et, ce qui est sûr, c’est que ça va glisser dès cet été !

« C’est un équipement qui datait de 2004, devenu vétuste et bruyant. On sait par ailleurs que les adeptes des sports urbains sont nombreux sur le territoire, et il était donc justifié que la ville de Brest décide de sa reconstruction. » Pour Réza Salami, adjoint au maire de Brest en charge du centre-ville, la réhabilitation du skatepark Kennedy, situé dans le jardin du même nom, était une vraie évidence. Sentiment partagé par Patrick Appéré, adjoint au maire en charge des sports, qui sait « à quel point les sports de glisse ont une vraie existence par chez nous, et il était nécessaire de leur offrir une structure digne de ce nom ».

De la glisse sur 1 000m²

Ce sera chose faite dès cet été, donc, puisque le skatepark Kennedy va entrer en travaux début avril, pour un chantier réfléchi avec les clubs de skate du PLO Brest et du PLO Plougastel, et confié à The Edge, société spécialisée dans la construction d’aires dédiées à la pratique des sports tels le skate, le roller, la trottinette ou le BMX.
Le nouvel équipement s’articulera autour de 800m² de surface de glisse, complétés par 250m² d’une forme en béton rappelant le lit d’une rivière, et s’achevant par ce que les amateurs appellent un bowl. Bref : un vrai skatepark en bonne et due forme, avec sa street plaza (création d’un univers urbain), sa piscine californienne et ses trottoirs à franchir…
Jusqu’à l’été, les accès au parc seront évidemment fermés au public sur le périmètre du chantier.

Sports et environnement

Le coût global de la réhabilitation s’élève à 450 000 euros, apportés par la ville de Brest. Et ce renouveau très attendu du skatepark s’accompagnera de nouveaux aménagements paysagers, réalisés par les espaces verts de Brest métropole, « et ce afin de faire progresser encore un peu plus les surfaces de nature à l’intérieur du jardin, et de maintenir la qualité de l’espace, qui fait le bonheur de nombreux usagers du centre-ville », précise encore Réza Salami.