Collectivités

Tram et bus à haut niveau de service se dessinent

Mis en ligne le

Le conseil de métropole du 29 avril a permis aux élus de se pencher sur les avancées du projet de développement de l'offre de transports en commun du territoire à l'horizon 2026. Que faut-il en retenir ?

Avec seulement six délibérations au programme, le conseil de métropole qui s'est tenu le 29 avril a permis d'apporter de nouveaux éclairages sur le projet  “Mon réseau grandit”.
Car le développement de l'offre de transports en commun sur la métropole est toujours en projet, pour voir le jour en 2026, et a vécu la fin d'année 2021 au rythme d'une deuxième concertation publique pensée pour asseoir les bases de la de la 2e ligne de tramway, du bus à haut niveau de service (BHNS) et des pôles d’échanges multimodaux (PEM).

Trois objectifs

Ce « projet fondamental pour la métropole et au-delà », ainsi que le définit François Cuillandre, président de Brest métropole, pose trois objectifs :

  • Améliorer la vie quotidienne et l’accessibilité de la métropole brestoise ;
  • Favoriser le développement des grands équipements comme la gare, la faculté Segalen, le Campus du Bouguen ou l’hôpital de la Cavale-Blanche ;
  • Proposer à tout un chacun une offre de voyage rapide, confortable et décarbonée.

« Un investissement d’avenir »

« Le coût actualisé du projet est chiffré à 202 millions d’euros, précise l'élu, et nous avons déjà obtenu 38 millions de subventions de la part de l’Etat et de la région Bretagne, tandis qu’un emprunt, dont le remboursement sera assuré par le versement mobilité, assurera 85 % d’autofinancement ».


« Nous sommes sur un investissement d’avenir », François Cuillandre, président de Brest métropole

 

1 400 personnes se sont manifestées
durant la deuxième concertation

D’une longueur de 5,1 km qui desserviront, depuis la gare de Brest, la place de la Liberté, les sites universitaires, l’hôpital Morvan, le quartier de Bellevue ou l’hôpital de la Cavale-Blanche, la seconde ligne de tramway, ainsi que le tracé du BHNS (de la gare vers le quartier de Lambézellec), et l’emplacement des PEM ont donc fait l’objet d’une concertation publique qui s’est déroulée entre septembre et novembre 2021.


« Une phase qui n’avait rien d’obligatoire mais à laquelle la collectivité a tenu, afin d’entendre au mieux les attentes et les besoins des habitants », précise Yohann Nédélec, vice-président de Brest métropole en charge des mobilités et des grands projets.

22 réunions et rencontres, ayant touché près de 1 400 personnes, se sont ainsi tenues, « et nous ont permis de nous positionner plus précisément sur des variantes », poursuit l’élu. 

A savoir   

  • Les tracés dans les secteurs de Gascogne ou de Kergoat ont été modifiés ;
  • Certains PEM, dont celui de Plougastel-Daoulas, certains itinéraires vélos ou la problématique autour du pont de la Villeneuve ont été repensés ;
  • La gare de Brest devrait faire l'objet d'un réaménagement, et en particulier au niveau de la gare routière ;
  • Des PEM offriront quelque 700 places supplémentaires de stationnement, tandis que les vélos devraient pouvoir circuler le long de 12 km d’itinéraires tracés le long des deux lignes de transport ;
  • L’option d’un centre de remisage au terminus de la Cavale-Blanche n’a pas été retenue, tout comme la possibilité de voir la ligne de tram se poursuivre vers le Questel, en raison d’un surcoût important (estimé à 4 millions d’euros) ; 
  • Au départ prévue pour s'étirer sur 3,7 km, la ligne de BHNS devrait se développer sur 4,3 km jusqu'au rond-point de Koat Bihan, afin de faciliter le retournement des véhicules ;
  • La problématique du dénivelé important au niveau de l'entrée principale de l'hôpital de la Cavale-Blanche devrait être résolue par l'installation soit d'un escalier de type mécanique ou d'un tapis roulant couplé à un système d'ascenseur, soit d'ascenseurs inclinés.  

La suite ?

« Le dossier d’enquête publique finalisée devrait être déposée à la fin de l’année 2022 », conclut Philippe Cou, directeur opérationnel de “Mon réseau grandit”.
La phase opérationnelle des travaux est quant à elle programmée pour la mi-2023, sur les réseaux souterrains tout d’abord, avant que ceux du tramway, du BHNS et des PEM ne démarrent fin 2023. 120 millions d’euros HT seront consacrés à ces seuls chantiers