Economie, entreprises

Technopole Brest iroise : un label Capital French Tech très attendu

Mis en ligne le

Le technopôle Brest Iroise développe les actions partenariales sur des territoires étendus afin de proposer aux entreprises, startups, PME et grands groupes, une palette de services dédiée à l’innovation. Le Brest Lab en fait partie. Qu’en sera-t-il du label Capital French tech ?

« Réponse du gouvernement le mercredi 3 avril, annonce Michel Gourtay, président du Technopôle Brest-Iroise. Nous attendions une bonne nouvelle aujourd’hui [28 mars, NDLR] mais il nous faudra attendre un peu. » 
C’est non sans une certaine fébrilité que le technopôle patiente, après des mois de travail sur la candidature du label Capitale French Tech. Celui-ci succèdera aux Métropoles French Tech. «Une petite dizaine de dossiers seront retenus contre 13 métropoles labelisées  aujourd’hui, explique Françoise Duprat, directrice du technopôle. Nous avons répondu à tous les critères et n’avons pas à rougir de notre progression. » Plus de 18 000 emplois sont identifiés sur le périmètre French Tech Brest plus (Lannion, Morlaix, Brest et Quimper). Cinq startups* ont décroché le Pass French Tech qui identifie au niveau national les entreprises en « hyper croissance ».
« Nous sommes dans la cour des grands parce que nous travaillons dans un bon esprit de coopération entre les différents territoires. C’est l’illustration très positive d’une fonction métropolitaine dans l’intérêt de tous », souligne Michel Gourtay. Patience donc…

Le Brest Lab pour des tests grandeur nature

Autre « outil » territorial développé par le technopole, le Brest Lab. « Entreprises en développement ou déjà matures peuvent avoir besoin de tester une innovation avec des utilisateurs , expose Françoise Duprat. Mais elles se demandent à quelles étapes elles peuvent être en contact avec eux. Nous les accompagnons, les mettons en relation, aidons au montage financier. » 
Deux entreprises ont été retenues début 2019 : Smart Talk qui va tester son logiciel Eqwall dans le domaine de la formation avec l’UBO Open Factory, et Terra Maris, qui travaillera avec l’Adeupa sur une solution cartographique. « L’étude se fait au cas par cas et le financement soit par subvention, soit par avance remboursable avec la Caisse d’Epargne ou un mix des deux. »

Un large périmètre d'intervention

Accompagner les porteurs de projets innovants, les aider à tester, à trouver les marchés fait partie de l’ADN du technopôle (périmètre du nord Finistère). Il porte également le Campus mondial de la mer, d’un axe allant de Roscoff à Lorient. Et il compte bien poursuivre sa mission de développement numérique avec la Capitale French Tech, de Lannion à Quimper. Autant de synergies qu’il serait dommage de ne pas solliciter.  

*CHR Numérique, NDMAC, Eco Tree, Actility et Data Soluce 

 

Des rendez-vous à Paris pour les startups : pour mettre en relation les startups et les investisseurs, des rendez-vous mensuels sont organisés dans un local près de la gare Montparnasse, invitant les startups du Finistère et du Tregor à pitcher devant des décideurs parisiens. En savoir plus.