Citoyenneté, Numérique

Service public local de la donnée : Brest prend la main

Mis en ligne le

La question des données fait désormais partie du quotidien. Brest métropole et ses partenaires ont posé, le 3 juin, les bases de la construction d’un service public local de la donnée, pour lequel chacun et chacune est invité à s’exprimer.

Le sujet n’a rien d’évident, et nombre d’entre nous seraient tentés de ne pas y prêter attention. Mais les données collectées par les entreprises privées comme par les services publics constituent une source d’information inédite sur nos vies. Pour mieux les protéger, et en garantir un bon usage, Brest métropole s’engage donc dans un chantier ambitieux : celui de la création d’un service public local de la donnée (SPLD), à l’échelle de l’Ouest breton. 

Améliorer le service public

Le lancement de ces travaux s’est déroulé le 3 juin, à Brest, au sein des Ateliers des Capucins, en présence notamment d’Axelle Lemaire, ancienne secrétaire d’Etat à l’origine de la loi pour une République numérique, adoptée en 2016. 
« Cette loi a été fondatrice, et les collectivités territoriales ne peuvent pas être absentes de ce sujet. Elles possèdent un nombre de données important, en lien avec leurs compétences, de l’éducation à la culture, en passant par le transport ou le logement. La question est de savoir comment nous pouvons les utiliser dans le cadre d’une amélioration du service public », a pu rappeler François Cuillandre, maire de Brest et président de Brest métropole. 

Une concertation en ligne

Pour répondre à cette question, Brest métropole a fait le choix d’associer un grand nombre d’acteurs, institutionnels, mais aussi très largement issus de la société civile. 
« A Brest, nous menons depuis de très nombreuses années une politique active en matière d’inclusion et de médiation numérique, pour l’émancipation des citoyens. Mais aujourd’hui, pour 99,9 % de la population, la notion de service public local de la donnée est un objet non identifié ! Il faut donc une appropriation large de la société sur le sujet », a précisé Ronan Pichon, vice-président de Brest métropole en charge des transitions et du numérique. 
Dont acte, avec la table ronde du 3 juin, retransmise en ligne, mais aussi avec l’appel à contribution actuellement en ligne sur cette page. Objectif : recueillir les avis du plus grand nombre, pour lancer sereinement un chantier qui concerne toute la société ! 
A la rentrée, une conférence de consensus sera lancée, accompagnée de différentes actions d’acculturation et de médiation, visant à l’élaboration d’une charte de la donnée à Brest au premier trimestre 2022. 

Brest « à la pointe »

Face à ce projet, Axelle Lemaire n’a pas caché, le 3 juin, son enthousiasme : « Ce SPLD brestois est particulièrement intéressant, et je me réjouis que les choses soient ici posées de cette façon. Vous êtes à la pointe sur ce sujet… mais aussi à la pointe de l’iceberg : nombre de collectivités n’ont pas encore lancé le sujet, et ont besoin d’un phare ! Brest métropole peut-être ce phare, qui va les éclairer ! ».