Cadre de vie

Présence policière renforcée dans le centre-ville de Brest

Mis en ligne le

L’Etat met en place, en coordination avec la ville de Brest, de nouvelles mesures visant à renforcer la sécurité dans le centre-ville.

Dans l’objectif de mettre fin rapidement à divers agissements délictuels constatés récemment en centre-ville de Brest, la préfecture du Finistère a annoncé la mise en place de plusieurs mesures visant à mettre fin à cette situation «  à très brefs délais ».

Un travail commun ville-Etat

« Suite aux violences, vols et harcèlements inadmissibles perpétrés par certains individus, arrivés récemment en centre-ville de Brest (…) et aux alertes remontées par des commerçants de ce secteur et des médiateurs urbains, un travail a été engagé la semaine dernière entre l’Etat, les commerçants et la ville », rappelle François Cuillandre, maire de Brest. C’est dans la foulée de ces échanges, et à l’issue d’une réunion de ces différents acteurs que la préfecture du Finistère a annoncé des mesures à effet immédiat.  

Plus de présence policière

Afin de sécuriser au mieux les commerces du centre-ville, le groupe de sécurité et de proximité du commissariat adapte son organisation, afin d’être sur le terrain de manière prioritaire sur les horaires d’ouvertures des commerces. Un dialogue a aussi été noué avec les commerçants, de façon à mieux appréhender les problèmes qu’ils rencontrent, et mieux y répondre. Dans le même temps, un dispositif de sécurisation renforcé est mis en place sur l’axe Siam-Jaurès, et sera complété par des patrouilles pédestres plus nombreuses, ainsi que par la présence de véhicules fixes de police.

Objectif : renforcer la présence policière sur le terrain et permettre l’interpellation rapide d’éventuels fauteurs de troubles. 

Par ailleurs, les services de l’Etat ont demandé aux commerçants la nécessité d’alerte en temps réel sur les infractions comme sur la présence de personnes suspectes sur la voie publique. 

Suivi et adaptation

« Je souhaite que les décisions prises par l’Etat permettent de mettre fin à ces difficultés », souligne François Cuillandre. Le maire de Brest demande également un « suivi méticuleux de l’évolution de la situation (…) pour une éventuelle adaptation du dispositif ».

Une convention entre la ville et l’Etat est prévue dans les prochaines semaines, qui « permettra d’affirmer et de renforcer notre travail conjoint sur ces sujets », précise-t-il enfin.