Nature, écologie

Plantes invasives : des chevaux au secours des hommes

Mis en ligne le

Sur les hauteurs des rives de Penfeld, à Kervallon, deux magnifiques chevaux de trait bretons ont débuté, ce 7 janvier, une opération d’arrachage de plantes invasives qui durera jusqu’au 8 janvier.

« Bien Atoum, super, mon petit. » Les encouragements pleuvent, et les caresses sur ses naseaux semblent le flatter. Atoum, magnifique cheval de trait breton né à Guilers, appartient à l’entreprise Seité, basée à Plouigneau, et spécialisée dans l’opération menée ce jour à Kervallon, sur les hauteurs de Penfeld.

Ces plantes qui referment le sous-bois

Là, dans les sols rendus mous par les pluies d’hiver, et dans une pente à fort pourcentage, Atoum tire de toutes ses forces, et contribue ainsi à arracher les trop nombreuses plantes invasives qui étouffent le parterre.
Cette opération écologique et innovante est réalisée à la demande de la direction des espaces verts de Brest métropole. « Ici, on trouve énormément de plantes invasives, et en l’occurrence du laurier palme, explique Rémi Rouillé, technicien des espaces verts. Elles viennent refermer le sous-bois, concurrencent les espèces indigènes, appauvrissent le sol et limitent le renouvellement du boisement. »

Une opération écologique

Déjà menée dans le bois de Keroual, l’opération conduite par les chevaux de l’entreprise Seité s’échineront donc à la tâche jusqu’au 8 janvier, sur les hauteurs de Kervallon. « Faire intervenir ces chevaux est bénéfique à plus d’un titre, explique de son côté Léo Magueur, en charge de la direction des espaces verts de Brest métropole. On évite ainsi l’usage d’engins mécaniques, avec tous les désagréments que cela induit, à savoir le rejet de gaz à effet de serre ou l’écrasement des sols. »
Pendant ce temps, Atoum, lui, continue de travailler, avec tous les encouragements qu’il mérite. Quand il sera fatigué, son compère Ubert prendra sa suite.