Vivre ensemble, Urbanisme

Participez à l’embellie du Haut de Jaurès !

Mis en ligne le

Fédérateur, impliquant un grand nombre de thématiques dédiées à la redynamisation du secteur, et construit avec les habitants, le projet du Haut de Jaurès accélère le mouvement. De nouvelles actions concrètes sont en cours.

« Nous sommes dans un secteur qui jouit d’atouts considérables, et qu’il s’agit de remettre en valeur ou de valoriser. » Membre de l’agence d’architecture TLPA, missionnée pour travailler sur l’espace public et le cadre de vie du Haut de Jaurès, Tristan La Prairie est formel : « Ici, de nombreuses choses ont déjà bien évolué, grâce aux différentes missions de la collectivité ou les actions portées par des associations culturelles et des habitants ».
Du 12 au 14 novembre, l’agence TLPA installera ses bureaux au 223 rue Jean Jaurès, proposant à tous les usagers et habitants du secteur de franchir les portes du local afin d’échanger, de proposer et de recueillir des avis sur le futur de ce secteur emblématique de la ville.
Plus largement, du 9 au 14 novembre, différents rendez-vous comme une balade nocturne, un débat, un atelier et une exposition permettront de poursuivre le travail d’imagination de ce que pourrait, et devrait, devenir le Haut de Jaurès.

L'habitat en pleine évolution

Car le secteur, engagé dans une Opah-RU depuis 2016, a déjà entamé sa mue, et il convient désormais d’entretenir la flamme du renouveau. « Un groupe spécifique suit au quotidien les efforts qui sont faits sur l’habitat, sur le cadre de vie, sur les animations, rappelle ainsi Réza Salami, vice-président de Brest métropole en charge de l’urbanisme et de l’habitat. Tout est mis en œuvre pour favoriser la redynamisation du Haut de Jaurès, et l’on voit déjà les premières mesures prendre effet. »
Parmi certaines d’entre elles, touchant au cadre de vie et à l'habitat : « La mise en couleur des biens, via une requalification des façades, précise Tifenn Quiguer, vice-présidente de Brest métropole en charge du logement. 25 façades de collectifs ont ainsi été identifiées pour être colorisées, et l’une d’entre elles est déjà achevée, tandis que 14 autres sont en cours. Mais rappelons tout de même que, dans ce type d’opérations d’envergure, les projets se concrétisent sur le temps long ! »

Développer l'attractivité économique

Mais redynamiser le Haut de Jaurès, comme cela a déjà été le cas sur Saint-Martin, ou comme cela est toujours en cours sur Recouvrance, passe aujourd’hui plus qu’avant par un vrai travail transversal, où se mêlent les problématiques de l’habitat, de l’animation ou du commerce. Et, sur ce dernier point également, le Haut de Jaurès connaît une embellie, ainsi que l’explique Jean-Luc Polard, vice-président de Brest métropole en charge du commerce et de l’artisanat : « Renforcer la résidentialité d’un secteur, c’est aussi s’attacher à en développer l’attractivité économique. Une quarantaine de propriétaires de locaux commerciaux ont été démarchés, pour les inciter à effectuer des travaux, qui peuvent bénéficier d’aides diverses. Huit d’entre eux ont déjà répondu par l’affirmative. »

Culture et commerces

Et le secteur bouge bel et bien !

  • Deux nouvelles commerçantes-artisanes, séduites par les aides octroyées et l'emplacement privilégié, se sont installées, au 208
  • et au 224 rue Jean Jaurès ; deux photographes achèvent leurs travaux d’installation ;
  • une association d’insertion dans le domaine du BTP prendra ses quartiers au 190 rue Jean Jaurès ;
  • l’association Sked s’installera pour sa part dans les halles du Pilier-Rouge ;
  • et un restaurant ouvrira ses portes en lieu et place de l’ancien Tex-Mex.

A noter également la mise à disposition d'une pépinière d'entreprises baptisée Le Générateur, permettant aux nouveaux commerçants de lancer leur activité de manière plus sécurisée, et la création d'un pass commerce et artisanat, apportant diverses aides. 
Le tout est donc à (re)découvrir notamment du 9 au 14 novembre, via les différents rendez-vous proposés par l’agence TLPA, avec cette certitude, pour Nathalie Chaline, maire adjointe du quartier de Saint-Marc et en charge de l’innovation sociale : « C’est aussi par le biais culturel qu’on pourra favoriser le dynamisme du Haut de Jaurès ».