Culture, Energie

Océanopolis en plein travaux énergétiques

Mis en ligne le

Débutés en janvier, et menés en site occupé, les travaux d’Océanopolis vont bon train, et une livraison en mars 2020 est attendue. A l’issue de l’opération, le premier équipement touristique de Bretagne aura fait un grand pas dans la transition écologique.

C’est un chantier pharaonique, et pas forcément visible du grand public, qui se mène depuis janvier à Océanopolis. Et pour cause : sur le toit du premier équipement touristique de Bretagne, des équipes cravachent et posent la bagatelle de 1 540 m² de panneaux photovoltaïques. « Il deviendra alors l’équipement le plus équipé en photovoltaïque de toute la métropole », résume Régis Gaillard, en charge du dossier à Brest métropole.
Pour autant, ce n’est pas après un classement que court Océanopolis, avec ces travaux. « A l’aube du 30e anniversaire du “bâtiment mère” de ce beau parc, il y avait nécessité à lui faire prendre un virage plus écologique, appuie François Cuillandre, maire de Brest et président de Brest métropole. Des travaux qui entrent évidemment dans le cadre du plan climat air énergie de notre métropole, et grâce auxquels Océanopolis également jouera un rôle dans la diminution de l’empreinte carbone de nos équipements. »

Consommation d'énergie en baisse

Car ces panneaux photovoltaïques produiront une énergie qui sera réinjectée dans le réseau propre d’Océanopolis, permettant de voir diminuer la consommation d’énergie de quelque 8 %. Installés sur les toits, ou au niveau des pinces qui donnent à Océanopolis cette allure de crabe géant, les panneaux équiperont également une coursive, dont les travaux vont débuter prochainement.
Baptisée “vague solaire”, en raison de son design, cette coursive permettra aux visiteurs de cheminer à l’abri, d’un bout à l’autre du parc. « Et nous savons qu’une fois ces premiers travaux achevés, le potentiel de développement photovoltaïque d’Océanopolis est encore important », glisse Stéphane Maby, directeur du parc de découverte des océans.


D’autres travaux ont cours actuellement :

  • Changement de l’éclairage, au profit de Leds ;
  • Changement des verrières, pour une surface totale de 560 m² ;
  • Isolation des 4 350 m² de toiture…

Une nouvelle aire de jeu

En février, une nouvelle aire de jeu s’implantera aussi à droite du pavillon événementiel. Représentant une méduse dont la robe servira de toboggans, elle permettra au jeune public d’être sensibilisé à la thématique de la bioluminescence. « Parce qu’Océanopolis demeure un superbe outil de sensibilisation, conclut Stéphane Maby, et que tous ces travaux serviront aussi, évidemment, à transmettre des savoirs autour des énergies renouvelables. »

Le coût des travaux s’élève à 4 millions d’euros, financés par l’Etat (1,33 million), dans le cadre du pacte métropolitain et du programme Territoire à énergie positive, par la région Bretagne (1,45 million d’euros), par Brest métropole (912 000 euros), et par le département du Finistère (300 000 euros).