Environnement

Mission accomplie pour le voilier océanographique Blue observer

Mis en ligne le

Parti de Brest le 14 novembre, le voilier Blue observer a regagné le port le 10 mars. 96 jours de mer ont permis à son équipage de mener à bien une mission océanographique inédite dont les résultats vont permettre d’en savoir plus sur la protection des océans.

96 jours de mer, de Brest au Cap vert en passant par Woods Hole (Etats-Unis) et Sainte-Hélène… La mission menée par l’équipage de six personnes emmené par Eric Defert s’est achevée le 10 mars « et c’est une réussite à tous les points de vue », analyse le skipper en chef. 

95 flotteurs pour analyser les océans

Parti le 14 novembre de Brest avec pour mission de déployer 95 flotteurs océanographiques Argo pour le compte des Etats-Unis, du Canada et de l’Europe, Blue observer devrait ainsi permettre aux scientifiques du monde entier de récolter un nombre de données à ce jour inédit, et notamment sur la question du plancton.

« Le réseau Argo vise à observer le plus finement possible les océans et à interpréter leurs modifications à travers des mesures de température, de salinité ou de courants », explique Claire Papot, responsable scientifique de la mission.

 

Ce que devraient offrir les données

  • Une meilleure compréhension des océans
  • Une meilleure protection
  • L’alimentation des modèles de prévisions météorologiques

Des échantillons ont par exemple été prélevés en collaboration avec la station biologique de Roscoff dans le cadre d’un projet soutenu par la Région Bretagne.
Des observations quotidiennes (pression atmosphérique…) ont également été remontées à Météo France et Blue Observer a aussi mené des observations des grands cétacés. 
« Protéger les océans, c'est protéger l'avenir, nos enfants », conclut Eric Defert. Blue observer devrait partir pour de nouvelles aventures fin 2022 ou début 2023.