Développement durable, Nautisme

Mike Horn navigue pour la planète, au départ de Brest

Mis en ligne le

Barré par le navigateur Bernard Stamm, le Pangaea de l’aventurier Mike Horn remet le cap sur l’Arctique ce mercredi 8 juillet. Une aventure scientifique et humaine, mise au service de la planète et des générations futures.

Stationné le long des pontons du port du Château, l’imposant navire de l’aventurier Mike Horn attendait d’être fin prêt pour un nouveau défi. Ce mercredi 8 juillet, il largue les amarres à destination de l’Arctique, avec à son bord une détermination inébranlable à se mettre au service de la planète bleue.  

Bernard Stamm à la barre 

Aux côtés de l’explorateur, un visage bien connu des Brestois : celui du navigateur Bernard Stamm, qui sera le grand manitou des commandes pour conduire la nouvelle aventure à bon port « à 85°nord, sur la glace de l’Arctique ». Les deux compères ont déjà partagé le voyage, il y a quelques mois : « Moi, je n’y connaissais rien à la glace ! J’ai appris avec Mike », sourit le plus montagnard des navigateurs. 

Evidence

Pour Pangaea, le mastodonte des mers de Mike Horn, le retour vers l’arctique sonne comme une évidence, aussi bien que pour son aventurier de patron qui « après avoir fait 15 tours du monde » semble attiré vers le pôle comme un aimant. « La dernière mémoire que j’en ai, c’était une galère, l’enfer, on n’avait plus de bouffe, il faisait noir tout le temps… ». En décembre dernier, avec Borge Ousland, Mike Horn avait bien cru leurs dernières heures arriver : « Dans ces cas-là, tu marches pour rester vivant, ou tu dors pour récupérer… Tu oublies de regarder autour ! »

Au service des baleines

Sept mois plus tard, l’aventurier n’a rien perdu de sa soif de découvertes, et entend bien, avec cette nouvelle expédition, en faire profiter le cercle le plus large. « Après le Covid, on va pouvoir pour la première fois mesurer l’effet de la baisse de la navigation sur les baleines, à cause du confinement. On va pouvoir mesurer tout ça, et si elles vont mieux aujourd’hui qu’hier, on va pouvoir demander à faire de cette zone une réserve naturelle ! »
Pangaea embarquera aussi à son bord des balises météo pour les Nations Unies, afin de collecter des données océanographiques et atmosphériques sur l’une des aires géographiques les plus reculées du monde, et l’une des plus fragiles aussi, au regard du changement climatique. 

Faire passer le message

L’aventure ne se limite décidément pas à des sensations fortes, et l’amoureux de la planète bleue n’a pas hésité à aller chercher les meilleurs vecteurs de communication de l’époque pour transmettre le message aux générations qui devront faire avec le monde d’après : quatre youtubeurs et influenceurs (Le grand JD, Amixem, Antoine Jansses et Cyril MP4) rejoindront l’équipe au pôle, pour partager l’aventure avec leurs communautés de centaines de milliers d’abonnés.« L’un d’eux réunit  à lui seul 6 millions de gens. Moi j’ai 6000 jours d’expérience et d’aventures… C’est le moyen qu’on a trouvé pour toucher les gens qui seront concernés par l’état de la planète demain ! »
Le voyage au départ de Brest jusqu’au Groenland est prévu pour durer deux mois. Deux mois d’aventure à partager, deux mois de quête d’un possible monde meilleur, si toutes les générations ouvrent les yeux !