Santé

Michel Cymes ou Les mystères de la mémoire

Mis en ligne le

Le 27 septembre, le médecin Michel Cymes animera une conférence sur Les mystères de la mémoire, organisée par Harmonie mutuelle en partenariat avec la ville de Brest. Interview.

Perdons-nous tous la mémoire ?

Des trous de mémoire, nous en avons tous… Ils sont dus à la fatigue, au stress, au manque de sommeil, et ce quel que soit l’âge. Vous pouvez très bien, un jour, ne plus vous souvenir de votre code de carte bleue, qui n’a pourtant pas changé depuis 20 ans, et le code vous reviendra dès le lendemain…  Mais, à 20 ans, on ne s’en inquiète pas, alors qu’à 60 ans et plus, on pense tout de suite à la maladie d’Alzheimer ! 

Et a-t-on raison de s’inquiéter à 60 ans ?

Quand vous vieillissez, vous souvenirs sont encore là, mais vous en faire de nouveaux devient plus difficile, parce que la connexion entre vos neurones, celle qui permet la mémorisation, se fait moins bien qu’à 20 ans. Pour éviter ce phénomène, il faut anticiper : ne surtout pas être mono tâche en ne faisant par exemple que des mots croisés tous les jours ! Il faut aller faire ses courses sans sa liste, se remémorer une poésie, lire…

Mais à quoi est due cette mémoire qui flanche ?

A tout ce qui peut être facteur de stress, comme au manque de sommeil. Mais aussi, tout ce qui contribue à une mauvaise vascularisation, et une mauvaise oxygénation du cerveau. Celui-ci a besoin de carburant, en l’occurrence d’oxygène et de sucre pour bien fonctionner. Donc, il faut bien s’alimenter et ne pas rester sédentaire, pour bien alimenter son cerveau. 

Quand doit-on s’inquiéter de ses pertes de mémoire ?

Quand vous voyez qu’un proche répète les choses sans se souvenir qu’il les a déjà dites, ou qu’il oublie les prénoms… Alors, vous pouvez allez voir votre médecin traitant qui vous prescrira une consultation dans un centre mémoire.

Michel Cymes à BrestVous évoquiez la maladie d’Alzheimer… Le nombre de cas progresse. Pourquoi ? Et comment prévenir une éventuelle installation de la maladie ?

La progression du nombre de malades s’explique d’abord par le fait que notre espérance de vie progresse. Or, plus on vieillit, plus on a de risques de développer des maladies comme le cancer ou Alzheimer. L’incidence augmente aussi parce que l’on diagnostique aussi mieux la maladie aujourd’hui qu’hier… On ne sait malheureusement pas guérir Alzheimer aujourd’hui, d’où l’importance du dépistage et de la prévention. On peut agir en prévention. Cela passe entre autres par la pratique d’une activité physique, qui permet de repousser l’apparition des premiers symptômes. 

 Le 27 septembre, à 19 h 30 au Quartz. Entrée gratuite, après inscription obligatoire sur club-prevention-sante.fr