Démarches, Solidarité

Les mairies brestoises accessibles aux personnes sourdes et malentendantes

Mis en ligne le

Ville de Brest et métropole poursuivent leur politique d’accessibilité des services à tous les publics. Depuis peu, les accueils de l’hôtel de ville mais aussi des mairies de quartier sont en effet accessibles aux personnes sourdes et malentendantes.

C’est une expérience qui a débuté lors du premier confinement causé par l’épidémie de Covid-19, et permise par le fait que la ville de Brest et la métropole se sont dotées d’une plateforme d’interprétariat, Elioz connect. « Depuis octobre 2020, précise Karine Coz-Elléouet, première adjointe au maire de Brest en charge de l’administration générale, les collectivités de plus de 10 000 habitants ont l'obligation de proposer un service d’accueil téléphonique accessible aux personnes sourdes et malentendantes. Ce qui a bien sûr été mis en place chez nous, sur notre propre plateforme d’accueil, mais nous avons voulu aller plus loin… ».

Aller plus loin par rapport
aux obligations légales

Ainsi, au-delà de l’obligation légale, la collectivité a fait le choix d’élargir l’accessibilité des services physiques, d’abord à l’accueil de l’hôtel de ville, puis dans les mairies de quartier.

« Notre prestataire permet au public concerné comme à nos agents d’accéder à un interprète en direct, précise Karine Ménard, responsable de la plateforme téléphonique de la collectivité. Munies d’une tablette disponible dans les accueils, les personnes sourdes, malentendantes, sourdes aveugles ou aphasiques, entrent en contact avec l’interprète au bout de la ligne, lequel communique avec elles en langue des signes française, en transcription en temps réel de la parole ou en langue française parlée complétée, avant de traduire à l’agent d’accueil. Et le tout se fait avec une fluidité remarquable, dans une vraie instantanéité. » 

Un service déployable dans les lieux accueillant du public

Une trentaine d’agents des différentes mairies ont été formés et sensibilisés à l’accueil des personnes sourdes ou malentendantes, ainsi qu’à l’usage de la plateforme Elioz.
« C’est un dispositif qui doit permettre de lever des freins et permettre à tout un chacun de se déplacer physiquement dans les mairies, note encore Karine Coz-Elléouet. Et si l’opération s’apparente à une réussite, il sera alors peut-être question de la déployer dans d’autres services de la collectivité, car nous sommes bien là au cœur de notre volonté d’inclusion de tous les publics. »