Citoyenneté, Culture

Les inégalités femmes-hommes persistent dans le secteur de l’art en Bretagne

Mis en ligne le

Mardi 16 novembre au Mac Orlan, l’association HF Bretagne a présenté son diagnostic sur la place des femmes dans l’art contemporain et le spectacle vivant en Bretagne. La ville de Brest et des structures culturelles brestoises se sont joints à l’événement pour témoigner des actions menées sur le territoire.

Faire avancer l’égalité entre les femmes et les hommes dans les arts et la culture et lutter contre les violences sexistes et sexuelles, c’est l’objectif de l’association HF Bretagne. C’est dans ce cadre que l’association s’est tournée vers les réseaux professionnels bretons pour produire sa quatrième étude sur la place des femmes dans l’art contemporain et le spectacle vivant en Bretagne.

Etat des lieux

Globalement, les chiffres révèlent une réelle inégalité entre les genres. Dans les structures d’art contemporain, 35 % des artistes exposés sont des femmes contre 60 % d’hommes. Un fossé qui se creuse aussi dans le domaine du spectacle vivant. C’est le cas notamment dans les salles de musiques actuelles où seulement 18 % des artistes sur scène sont des femmes contre 82 % d’hommes. Une différence également présente au niveau budgétaire. En moyenne, le budget de programmation des festivals est de 3 435 € pour un groupe de femmes contre 4 247 € pour un groupe d’hommes. 

Découvrez le diagnostic complet sur le site de l’association HF Bretagne.

Les actions menées à Brest

À Brest, la ville et la métropole ont adopté une feuille de route en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes dans les établissements culturels brestois. Elle permet aux structures, comme le centre d’art contemporain Passerelle ou La Carène, d’agir concrètement notamment via :

  • Une parité dans les équipes en interne,
  • Une représentation plus égalitaire des genres dans leur programmation, 
  • Une communication plus inclusive,
  • La formation et le soutien des artistes femmes,
  • La sensibilisation des publics à la discrimination de genre et aux violences sexistes et sexuelles notamment via des animations.