Culture

Les dioramas de la tour Tanguy retrouvent leur éclat

Mis en ligne le

Les 14 dioramas, créés par le peintre Jim Sévellec au début des années 60 à la demande la ville de Brest, ont bénéficié de plusieurs mois de restauration. Le résultat, éblouissant, sera visible à compter du 21 juillet.

Des scènes de la vie brestoise à différentes époques, marquant des temps forts de la ville, sont figées dans ces dioramas signés du peintre Jim Sevellec. Créées au début des années 60, ces œuvres illustrent à merveille la ville « d’avant », celle qui n’avait pas encore payé le prix fort de la seconde guerre mondiale. En plus de cet aspect historique, Jim Sevellec a apporté sa vision d’artiste, à travers les personnages – plus de 500 ! - que l’on pourrait imaginer s’animer dans des films d’époque.   

Premier dépoussiérage en 2013

La ville de Brest a souhaité entreprendre un chantier de conservation de ces remarquables dioramas, dès 2013 « pour continuer à faire vivre cette mémoire brestoise » souligne Réza Salami, adjoint à la Culture. « Une exposition sur le peintre lui-même aura lieu en 2021 au dernier étage de la tour », annonce-t-il.
Hélène Champagnac, restauratrice spécialisée dans la sculpture (école du Louvre), a mené ce chantier atypique assistée de deux autres experts, l’une dans le textile (école du Louvre) et l’autre dans l’ébénisterie (école Boulle). « Nous avons dès 2013 procédé à un dépoussiérage complet, suivi d’un inventaire des altérations, afin de proposer une restauration plus approfondie. » 

De la récupération

Il s’avère que de nombreux personnages avaient souffert de l’appétit des insectes. Les plaques imitant la mer étaient gondolées. Les scènes, toutes fermées hermétiquement, ont été démontées en novembre 2019, grâce aux contorsions des restaurateurs qui ont dû se glisser derrière les décors. « Tout était fermé depuis 1961. Des personnages étaient tombés. La colle avait noirci et des étoffes étaient réduites en poussière. »
Le savoir-faire de Jim Sevellec a pu être mis en relief pendant cette restauration, car le peintre avait le goût de la récup’ ! « Les chapeaux des marins du canot de l’empereur sont des capsules de bouteilles consignées, et des bouchons de tubes de colles ou de dentifrice imitent les pots de fleurs. »
Tout l’éclat des dioramas se révèle à présent et l’humour de Jim Sevellec se dessine dans les détails. L’âme du peintre régnait sur ce chantier puisque des mégots et un paquet de Gauloises bleues, sa marque de cibiches, ont été retrouvés dans les structures !
La tour Tanguy va rouvrir à compter du 21 juillet. Elle se visite librement, de 12h à 18h. Port du masque obligatoire. Jauge maximale de 18 personnes. Une exposition montrera les étapes de ce chantier de conservation, amené à se poursuivre de manière plus régulière.


Reportage photos à découvrir dans la page : "Les Dioramas de la tour Tanguy"