Développement durable, Energie

Le réseau de chaleur s'étend à trois nouveaux quartiers à Brest

Mis en ligne le

A compter de la mi-mars, des travaux d’extension du réseau de chaleur brestois démarreront. Trois quartiers sont concernés : Saint-Marc, le centre-ville et Lambézellec.

Créé en 1988, le réseau de chaleur porté par Brest métropole et exploité par son partenaire Eco chaleur irrigue aujourd’hui sur 50 kilomètres aux quatre coins de la ville, pour alimenter en chauffage et eau chaude sanitaire l’équivalent de 28 000 logements. Une nouvelle campagne d’extension du réseau, pour 3,7 kilomètres supplémentaires, démarre en mars, qui permettra de relier au réseau de nombreux équipements des quartiers de Saint-Marc, Lambézellec et du centre-ville. 

Un mode de chauffage durable et local

« Ce réseau est notre premier levier de substitution en matière d’énergies fossiles. Nous l’avons doublé depuis les 7-8 dernières années, en y investissant quelque 25 millions d’euros. Il est sûr, fiable et écologique : il nous permet d’éviter l’émission d’en moyenne 25 000 tonnes de CO2 chaque année », énumère Tristan Foveau, vice-président de Brest métropole en charge de la gestion durable des déchets et des opérateurs d’énergie. Autant de (bonnes) raisons pour lesquelles la collectivité a donc choisi relancer l’extension du réseau, sur trois quartiers brestois pour cette nouvelle tranche de travaux.

Trois quartiers pour 3,7 km d'extension

Les chantiers vont démarrer mi-mars sur Brest-centre et Lambézellec, et mi-avril sur Saint Marc. Ils s’étaleront au total sur six mois, avec un budget de 3,7 millions d’euros. 
En centre-ville, le quartier de l’Harteloire ouvrira le bal dès la mi-mars, pour des travaux qui vont permettre de raccorder au réseau les équipements suivants : 

  • L’hôpital des armées et sa crèche attenante, ainsi que le centre territorial d’action sociale des armées
  • Le projet immobilier de résidence seniors, logements universitaires et logements sociaux sur le site de l’ex-gendarmerie. 
  • Rues concernées à partir de la mi-mars : Lamotte-Picquet, Latouche Tréville, Lannouron, Portzmoguer, Puget et Lyon

A Lambézellec, les travaux vont aussi permettre de raccorder au réseau : 

  • Le collège de Pen ar Ch’leuz
  • La résidence pour personnes âgées Manon
  • L’Ehpad La Source
  • Rues concernées à partir de la mi-mars : Kermaria et Marguerite Duras

A Saint-Marc, le réseau alimentera : 

  • Les collège et lycée de l’Iroise
  • Le patronage laïque du Pilier rouge
  • La piscine Saint-Marc
  • Le gymnase Jean Guégueniat
  • Le groupe scolaire Charles de Foucauld
  • Rues concernées à partir de la mi-avril : Du Poilu, Georges Melou, Duchesse Anne, Maurice Piquemal et route de Quimper 

Information riverains

Afin de faciliter le quotidien des riverains sur ces périodes de travaux lourds, des documents d’information seront déposés dans leurs boîtes aux lettres environ trois semaines avant le démarrage des travaux, et un rappel sera fait quelques jours avant le démarrage effectif des chantiers, par tronçons. Les mairies de quartier se tiendront également à disposition des riverains durant ces chantiers. 

Le principe du réseau de chaleur est simple : il réutilise la chaleur produite par l’unité de valorisation énergétique des déchets à 75 %. La biomasse de bois locaux vient compléter de 15 %, et une réserve de gaz est prévue en cas de panne. L’eau chauffée est transportée en réseau souterrain jusqu’aux abonnés, pour les alimenter en eau chaude sanitaire et en chauffage.