Culture, Vivre ensemble

Le monde culturel brestois oeuvre pour l'égalité des genres

Mis en ligne le

Engagée en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes dans de nombreux domaines du quotidien, la ville de Brest a engagé une action innovante en la matière avec le secteur culturel local.

Brest a fait partie des premières collectivités du pays à s’engager dans une lecture genrée de ses politiques culturelles. En lançant en 2016 un diagnostic de l’égalité entre les femmes et les hommes auprès de ses partenaires culturels conventionnés, la ville a ainsi lancé une dynamique inédite de fond, qui donne aujourd’hui lieu à une feuille de route ambitieuse mais réaliste. 

« Aller plus loin »

« Le travail entrepris ici dans le domaine culturel est particulièrement représentatif : en matière d’égalité entre les femmes et les hommes, il ne suffit pas d’attendre que les choses bougent, il faut agir. Nous sommes arrivés à un point de non-retour : désormais, tous ensemble à Brest nous ne pourrons qu’aller plus loin sur la question de l’égalité entre les femmes et les hommes », souligne Karine Coz-Elleouet, première adjointe au maire de Brest, en charge de l’égalité. Analyse genrée des budgets consacrés à la culture, comptage des femmes et des hommes artistes, des acteurs et actrices de la technique mais aussi analyse des genres dans les publics… Le travail mené a permis de poser les bases actuelles, avant d’élaborer des plans d’action adaptés à chaque structure 

Engagements concrets

Le diagnostic mené à Brest a permis de mettre en avant des inégalités certaines, dont beaucoup ne sont pas propres au territoire, mais face auxquelles chacune et chacun entend ici se donner les moyens de reprendre l’équation. Il en est par exemple ainsi du musée des Beaux-arts où « l’état des lieux est le même que dans tous les musées des Beaux-arts : les femmes artistes y sont peu nombreuses, car elles ont longtemps été tenues éloignées de la formation », pointe Mathilde Pigallet, du musée brestois. L’établissement a pourtant déjà quelques atouts dans sa manche, « avec un public majoritairement féminin, mais aussi des actions d’animation largement portées par des femmes ». Le plan d’action ambitionne d’aller rapidement plus loin, avec notamment plus de femmes artistes exposées. D’ores et déjà, la politique d’acquisition des œuvres du musée se fait égalitaire : « En 2020, nous avons même acquis une œuvre féminine de plus que les œuvres d’artistes hommes »
A la Carène, même constat national porté au local : les musiques actuelles en général ne mettent que trop rarement les femmes sur la scène. La salle des musiques actuelles va donc travailler pour repérer plus d’artistes femmes, comme du côté de la technique, ou encore former des femmes musiciennes à intervenir dans les actions culturelles en milieu scolaire. 

« Se donner les moyens d’agir »

Du Mac Orlan aux Jeudis du port, en passant par le Quartz, Passerelle, la Maison du Théâtre, le Fourneau ou encore les médiathèques municipales, tous les acteurs conventionnés de la culture brestoise se sont engagés dans cette dynamique. « Les objectifs sont fixés, les résultats seront atteints progressivement. Nous avons voulu éclairer la réalité sur ce domaine, afin de ne plus rester dans l’incantation, mais se donner les moyens d’agir », conclue Reza Salami, adjoint au maire de Brest, en charge de la culture.