Economie, entreprises

Le coworking se cultive à Plougastel-Daoulas

Mis en ligne le

Sur la presqu’île des tomates et des fraises, la création d’un tiers lieu dédié à l’entrepreneuriat et au coworking ne pouvait trouver meilleure appellation. La Serre accueille déjà 17 entrepreneurs et porteurs de projets, au bourg de Plougastel.

L’accueil se fait comme à la maison : dès avant la porte d’entrée, le chat vient vous saluer ! Une entrée en matière à l’image de l’esprit de la nouvelle Serre de Plougastel, tiers lieu et espace de coworking ouvert à la mi-septembre. 

Un besoin sur la commune

Dans cette ancienne maison d’habitation de 170 m², 17 personnes se partagent l’espace, dans un tiers lieu de travail où exercent des professionnels de la communication, du design, mais aussi du bien-être ou encore de la décoration. Un ensemble hétéroclite, qui semble parfaitement, justement s’assembler : « Depuis l’ouverture, nous avons monté 15 projets en commun, entre serristes », relève Séverine Martinez, coordinatrice du lieu. 
« Tout est né d’un hasard, une rencontre avec Ninja Humbert, professionnelle qui recherchait un lieu d’exercice sur la commune, et aujourd'hui présidente de la Serre. Très vite, nous avons compris que beaucoup d’autres travailleurs indépendants étaient dans la même attente », précise Dominique Cap, maire de Plougastel. 

17 “serristes” à l’œuvre

Au printemps dernier, la commune préempte un lot dans le centre-bourg, dans le cadre de la réhabilitation du cœur de la commune. « Et nous l’avons proposé aux porteurs de projets », poursuit l’élu. En 15 jours, ces derniers font le plein de candidats à l’installation, se constituent en association… et se lancent, tout l’été, dans un chantier de rénovation XXL. 
Située à quelques pas des commerces, la Serre accueille 10 « serristes » permanents et 7 coworkers réguliers. 

« Donner du sens »

Toutes et tous affichent le grand sourire du soulagement : «Je souhaitais rompre la solitude du travail à la maison. Ici, on a cette philosophie du partage qui me correspond ! », confirme Marine Bruneau, formatrice en égalité femmes-hommes et co-workeuse à la Serre. Mathieu Le Guern, spécialiste de la communication visuelle (graphisme et photo) ne dit pas autre chose : « Après un an à travailler à la maison, j’étais à la recherche d’un lieu comme celui-là. Notamment parce que travailler là où on vit, c’est donner du sens à son activité »

Dynamique collective

La Serre, appuyée par la commune et soutenue également par Brest métropole, se donne deux ans pour prouver l’efficacité économique de son modèle. « Nous voulons apporter, par nos activités, notre pierre à l’édifice de la redynamisation du bourg de Plougastel. Des entrepreneurs qui s’installent et exercent en centre-bourg, cela peut aussi avoir des conséquences pour l’activité des commerçants », avance Séverine Séverine Marinez. 
Si l’ensemble des bureaux permanents sont d’ores et déjà occupés, des créneaux de co-working restent disponibles.

 

 

Fonctionnant sous le statut associatif, la Serre revendique l’esprit de collectif qui en découle. « Nous ne souhaitons surtout pas travailler en vase clos. Nous allons régulièrement organiser des ateliers, des conférences, des événements », précise Séverine Martinez. L’accès à ces rendez-vous se fera pour les adhérents à l’association. La première date est déjà fixée, au jeudi 14 novembre : de 11 heures à 19 heures, la serre organise une opération portes-ouvertes et invite associations, commerçants ou particuliers à venir faire connaissance !