Economie, entreprises

Le Chantier du Guip et Navtis recrutent grâce au patrimoine bois

Mis en ligne le

La Marine nationale renouvelle sa confiance pour quatre ans au collectif brestois Chantier du Guip/Navtis pour la maintenance en condition opérationnelle de son patrimoine bois. Une bonne nouvelle qui augure de nouvelles embauches.

Ce marché renouvelé de quatre ans conforte le choix des entreprises navales brestoises Navtis (400 salariés dont 200 à Brest, 38 M€ de choffre d’affaires) et le Chantier du Guip (35 salariés et 3 M€ de chiffre d’affaires) de travailler en synergie. 

Chantier cherche charpentiers marine 

« Le fait que la Marine ait lancé un marché spécialisé bois, permet à des PME comme la nôtre de se positionner, de former des jeunes et d’investir », souligne Louis Mauffret, co-gérant du Chantier du Guip. Ce marché, représentant un tiers de son chiffre d’affaires, lui permet non seulement d’asseoir son savoir-faire naval au niveau international, mais aussi de recruter. « Nous cherchons des charpentiers marine, c’est un métier en tension, notre demande est constante», précise Yann Mauffret, gérant, qui a déjà commencé sa quête du bois nécessaires aux travaux d'envergure à venir (remplacement de d'étambot, de bordée, de membrures...).

Une soixantaine de recrutements à Navtis

Sont concernées par ces opérations les goélettes Etoile et Belle-Poule, cette dernière étant concernée par un arrêt technique majeur (changement de la partie arrière, des bordées...). Le Mutin* ainsi que deux vedettes bois font partie du lot. 
Pour la Marine, confier ses joyaux patrimoniaux à des entreprises bien connues, dont le savoir-faire n’est plus à démontrer, rassure : « Ce montage industriel a fait ses preuves et nous sommes satisfaits de cette continuité », a confié Jean-Yves Bruxelle, ingénieur en chef de l’armement. 
Bruno Pivain, président de Navtis, a renforcé son équipe managériale pour faire face à ces besoins en MCO.  Cinq à six personnes en continu interviendront sur les moteurs, la ligne d'arbre, le passage du guindeau en hydraulique... Cette année, son entreprise de 400 salariés propose « une soixantaine de postes, sur plusieurs sites, dans les métiers de la métallurgie. » 

* Le Mutin sera en arrêt technique pendant les fêtes maritimes de Brest 2020. La Marine présentera les deux goélettes