Santé

Le centre hospitalier privé de Brest, l'un des plus importants de France

Mis en ligne le

Le centre hospitalier privé (CHP) de Brest passe un cap : son nouveau bâtiment, le 385, sur le site de la clinique de Keraudren, en fait l’une « des très grosses unités » de France.

Le site de la polyclinique de Keraudren a pris de l’ampleur, avec ses 200 places de parkings supplémentaires (600 places au total), son giratoire et son bâtiment flambant neuf, d’un coût de 11,2 M€. 

 Un regroupement plus cohérent

Ouvert en novembre dernier sur 1 600m2, « le 385 affiche déjà complet », précise Thierry Chiche, président du groupe français Elsan, qui gère 120 CHP en France. « Nous avons rassemblés ici les consultations auparavant dispersées en ville. » Au premier étage, la médecine du dos, de la chirurgie vasculaire et thoracique et l’ophtalmologie y trouvent leur place.
Au deuxième s’y rassemblent un cabinet d’ORL, un plateau de pneumologie et la médecine angiologique. Et au troisième étage, un pôle gynécologique (consultation sages-femmes, obstétrique et fertilité complémentaire), vient s’ajouter au dernier pôle maternité privée du Finistère, à la clinique Keraudren (1 972 accouchements en 2018).  

Plateau de dialyse et d’analyses médicales

Des partenaires s’implantent également au 385 : centre de néphrologie et de dialyse B-Braun, initialement placé face à la clinique Pasteur, et le laboratoire Cerballiance, qui déménage de quelques mètres dans une surface plus que doublée. Un regroupement « plus cohérent pour le parcours des patients, qui viennent majoritairement du nord Finistère, mais aussi du sud de Brest, jusqu’à Carhaix/Crozon. »
« La création de plateaux techniques répond aussi à une demande de l'agence régionale de santé qui veut développer la chirurgie ambulatoire, commente Dominique Delanoë, directeur des opérations à Brest. Nous avons un objectif de 70%, contre 52% aujourd'hui. »

Fermeture du Grand Large 

En rassemblant les consultations sur Keraudren, « le CHP poursuit sa stratégie de regroupement permettant ainsi d’investir dans du matériel plus efficient et coûteux, explique Isabelle Pechin, directrice des opérations sur le grand ouest. Nous développons des filières de soins. Tout cela prend du temps et se traduit par des regroupements », 11 depuis la création de la clinique Keraudren en 1994. « La prochaine étape sera la fermeture de la clinique Grand Large, tout en sachant qu’une partie de son activité a déjà basculé sur Pasteur et Keraudren.» 
La feuille de route du groupe Elsan se déroule en effet « sans s’arrêter » : le plan de masse du site montre une friche, « une réserve foncière sur laquelle nous travaillons afin d’y loger le plateau de médecine chirurgical du Grand Large. » 
Pour le président du groupe, « ce centre est assez unique en France. Il fait partie des très grosses unités comparables à celle de Rennes ou de Nantes. »

En chiffres 

  • 50 000 consultations sur les trois sites de Keraudren (25 000), Pasteur et Grand Large
  • A Keraudren : 212 lits, 114 médecins et praticiens libéraux (dont trois nouveaux recrutements de pédiatres), 550 collaborateurs, 17 000 interventions, 38 000 passages aux urgences (l’un des plus importants du groupe Elsan).
  • Le groupe Elsan compte 6 000 médecins, 120 établissements en France, 2 au Maroc et 2 millions de patients.