Culture

Le Canot dévoilé... quelques heures

Mis en ligne le

Ravis et soulagés. Les représentants du musée de la marine à Paris et Brest ont pu constater ce 18 octobre le « parfait état » du Canot de l’empereur. Petit point avec Lise Bret, régisseuse des collections.

Evoluant entre les caisses des éléments du Canot, l’équipe du musée de la marine est tout sourire. « Il est en parfait état » se félicite Jean-Yves Besselièvre, administrateur du musée de la marine de Brest.
Enfermé pendant trois mois dans sa caisse, le temps de l’acclimatation, il fera l’objet d’un nouvel état de conservation et « d’une décision concernant sa restauration », explique Marie-Laure Estignard, directrice ajointe du musée de la marine de Paris. « Nous espérons que cette étape se fera devant le public, en lien avec les équipe de Brest métropole, pour qu’il soit prêt lors du lancement du pôle d’excellence maritime. » De fait, l’honorable embarcation impériale de plus de deux siècles bougera une dernière fois, pour se présenter définitivement de l’autre côté de son actuel emplacement sur un support en cours d’élaboration.

Un travail d'équipe récompensé

Ce retour aux ressources, Lise Bret y travaille depuis plus d’un an. En tant que régisseuse des collections, elle a organisé et accompagné le déplacement de cette pièce majeure du palais de Chaillot : « Nous avons travaillé avec le transporteur qui a conçu les caisses de transport dont celle de 16 tonnes qui abrite le Canot. Des techniciennes de restauration ont dépoussiéré chaque pièce démontable, constaté des décollements de dorure éventuelle… Il nous a fallu anticiper tous les risques liés au transport et notamment les vibrations. Dans le Canot, les vitres des cabines ont été calées, les portes attachées avec des liens, les bers habillés de mousse. » 

Rendez-vous dans trois mois

Si Lise a l’habitude de planifier le transport de grandes pièces, comme des figures de proues, elle reconnaît le caractère exceptionnel de ce déplacement. « Tout ce projet est pour moi exceptionnel et symbolique. C’est un travail d’équipe qui aboutit avec succès. Nous avons vérifié chaque pièce, chaque microfissure identifiée avant le déplacement et rien n’a bougé. Nous allons donc repartir plus tôt ! » Plus tôt, rassérénés, et avec la certitude de revenir dans trois mois pour contribuer à rendre tout son éclat à cette pièce de musée nationale, dont le destin est désormais lié à son port d’attache. 

Pourquoi l'appelle-t-on Canot de l'empereur ?