Solidarité

Le bricobus solidaire cherche des habitants prêts à bricoler

Mis en ligne le

Après 18 mois d’expérimentation à Bellevue et Kerangoff, le Bricobus va passer dans l’ensemble des quartiers brestois. Cette initiative des Compagnons bâtisseurs de Bretagne permet aux personnes aux modestes ressources de trouver une aide aux petits travaux.

L’action du Bricobus brestois gagne à se faire connaître. Derrière le volant, les compagnons bâtisseurs du Finistère sont confrontés quotidiennement à des situations où des personnes isolées, de condition très modeste, ne peuvent faire réaliser de petits travaux par des artisans, faute de moyens. Le logement se dégrade, voire devient dangereux. « Des prises à nu à proximité de tout jeunes enfants nécessitent notre intervention rapide »,  explique le responsable finistérien, Frédéric Massé. Changer des prises ou la serrurerie, monter des meubles, réparer la plomberie, donner des conseils aussi, apportent confort et chaleur humaine, tout en permettant à des bénévoles de se former à ces métiers. 

Cherche bénévoles solidaires

Car l’association, qui intervient sous condition de ressources, fonctionne grâce à l’implication de bénévoles. Des encadrants, souvent d’anciens électriciens ou plombiers, forment des habitants et habitantes de quartier, ainsi en mesure d’intervenir rapidement à proximité de chez eux.
Ce principe du compagnonnage a fait ses preuves : à Kerangoff et à Bellevue, où le Bricobus intervient depuis 18 mois, 11 bénévoles ont été formés et 65 interventions réalisées.
« Comme la démarche  s'étend dans tous les quartiers brestois, nous avons besoin de bénévoles, indique Frédéric Massé. Nous les formons et nous adaptons à leurs possibilités d’intervention. » Pour les plus jeunes, en panne dans leur parcours de formation, ce compagnonnage peut devenir une façon de découvrir un métier, autant qu’une bonne action. 

 

Les Compagnons bâtisseurs changent le matériel à hauteur de 30€. Au-delà une contribution est demandée. L’association est soutenue par Brest métropole et  l’Agence nationale de la cohésion des territoires pour l’achat d’outils et le fonctionnement du Bricobus.