Culture, Education

L’Afrique de l’ouest à Guipavas (et inversement) !

Mis en ligne le

Trois classes du collège du Vizac de Guipavas viennent de débuter un projet de coopération artistique avec leurs homologues du collège Aimé Césaire de Saint-Louis, au Sénégal. L’association brestoise Vivre le monde pilote le tout.

« Ah non, les cocos, là on n’y est pas, si on n’est pas dans le rythme, ça va être chaud ! ». Le discours motivé est de Stéphane Paugam, directeur artistique de l’association brestoise Vivre le monde, qui s’adresse à une classe entière de 5e du collège du Vizac, à Guipavas, dont les élèves, en ce jeudi matin, ont du mal à se caler.
Grosses caisses, triangles, caxixi, tout y est ! « Le but de l’atelier est de parvenir à une création musicale et chorégraphique qui voyagera ensuite vers le collège Aimé Césaire de Saint-Louis, au Sénégal », explique Clémence Rousselot, chargée de communication et de production à Vivre le monde. 

L'identité culturelle en question

Parce que le collège du Vizac est engagé, tout au long de l’année scolaire, dans le projet “Habitats sonores en mouvement”, une action culturelle liant les élèves Sénégalais à leurs homologues Guipavasiens.
Travailler sur des ateliers artistiques et, par là-même, se questionner sur la notion d’identité culturelle de chacun : tels sont les buts recherchés par la démarche, conduite par Vivre le monde à Guipavas comme à Saint-Louis.
Dirigé par Stéphane Paugam, accompagné D’Oumar Fandy Diop, pour la partie musicale, l’atelier consiste également en une partie photographie, animée par le photographe Nicolas Hergoualc’h, et un volet musique assistée par ordinateur, sous la houlette de Vincent Raude.

Restitution à L'Alizé au printemps

Trois classes guipavasiennes, dont une classe Ulis (Unité localisée pour l’inclusion scolaire), y prennent part. « Chaque œuvre est appelée à voyager entre les deux pays et une restitution des créations devrait se dérouler à L’Alizé, à Guipavas, aux alentours du printemps », précise encore Clémence Rousselot.