Culture

La tour Tanguy revisite son histoire

Mis en ligne le

L’un des emblèmes architecturaux de Brest, la tour Tanguy, s’apprête à se réinventer. Sept mois de travaux sont nécessaire pour la doter des atours d’une grande dame du XXIe siècle.

La tour Tanguy vient de fermer ses portes au public après une belle saison touristique. Durant les sept prochains mois, un chantier de réhabilitation va y être mené, pour une réouverture programmée en avril 2023. 

Une évolution nécessaire

Chaque année, quelque 18 000 personnes visitent la tour Tanguy, l’un des symboles architecturaux de la ville de Brest. Dans ce bâtiment perché au-dessus de la Penfeld, le public redécouvre l’histoire de Brest à travers les dioramas de Jim E-Sévellec, restaurés en 2019. « Mais les visiteurs pourraient s’y attarder bien plus longtemps qu’ils ne le font aujourd’hui. Il était donc important de faire évoluer ce lieu emblématique de notre ville, pour le rendre plus attractif encore », souligne François Cuillandre, maire de Brest. 

Un « personnage » historique local

La ville de Brest a donc souhaité redonner de l’allant à la vieille dame. Et a pour ce faire consulté les habitants comme les scolaires, afin de prendre le pouls de leurs envies pour ce « personnage » historique local. « Une chose est sûre : les habitants ont témoigné d’un réel attachement à la tour Tanguy », indique Christine Berthou-Ballot, à la direction du patrimoine de la ville. 
Pour mieux la mettre en valeur, et renforcer son attrait, la ville a donc décidé de revoir sa scénographie.


« Notre idée est de mieux montrer à nos visiteurs ce qu’était la ville de Brest avant la guerre, afin de continuer à faire vivre cette mémoire », résume Réza Salami, adjoint au maire en charge de la culture. 

Un passé plus vrai que nature 

Le chantier qui s’ouvre va ainsi permettre d’épurer la proposition actuelle, pour mieux animer la visite de la tour.
Grâce à des audio-guides, les visiteurs bénéficieront d’une immersion totale dans l’histoire, accompagnés de la voix d’un vieil homme, habitant fictif de la tour, dont il connaîtra les moindres secrets. La visite se fera autour des dioramas restaurés de Jim-E. Sévellec, qui (re)prendront vie grâce à de savants jeux de lumières et de sons. La compagnie du 7e cercle assurera la mise en sons de cette histoire dans l’Histoire. 

Fabuleux panorama 

Voilà pour les deux étages que connaissent les visiteurs d’aujourd’hui. Ceux de demain seront également conviés à pousser quelques marches plus haut, pour découvrir le fabuleux panorama sur la ville qu’offre la tour depuis son troisième étage, avec un astucieux montage visuel qui permettra de projeter des images du Brest d’hier sur celui d’aujourd’hui. De quoi aiguiser les appétits, et donner l’envie aux visiteurs de poursuivre l’exploration dans la Brest d’aujourd’hui ! 
Les travaux, qui vont s’étaler sur 7 mois, s’appuieront sur un budget de 441 000 euros.