Economie, entreprises

La production des fondations des éoliennes a démarré sur le polder

Mis en ligne le

Aujourd’hui implantées sur le polder de Brest, les deux entreprises Navantia-Windar, sélectionnées par Ailes Marines, qui aura la charge de la gestion du parc éolien en baie de Saint-Brieuc, ont démarré leurs travaux.

C’est un hangar gigantesque, qui s’est installé au niveau du polder de Brest, et il s’agit de l’infrastructure de Navantia-Windar, première entreprise à s’être implantée sur ce site de 11 hectares, qui fait le trait d’union entre les ports de plaisance et de commerce de Brest.
A l’intérieur, la construction des éléments qui constitueront les fondations des futures éoliennes installées en baie de Saint-Brieuc a débuté.
Et le 2 octobre, c’est en présence de Loïg Chesnais-Girard, notamment, qu’une visite du hangar a été organisée. « Nous y voilà, a déclaré le président de la région Bretagne. Ce polder que la Région Bretagne a contribué à aménager pour un montant de 200 millions d’euros est bien en train de devenir l’outil de travail performant que nous espérions tous. Ici, et avec Navantia-Windar en chef de file, nous allons assurer une partie de la transition énergétique que nous devons à la planète, à nos enfants, à l’avenir. » 

La moitié des fondations construites à Brest

Le 2 octobre, les équipes de Navantia-Windar ont en effet présenté les principales avancées du programme de construction des éléments de 34 des 62 fondations qui équiperont le parc éolien en mer de Saint-Brieuc, dont l’achèvement est prévu en 2023. 
Les éléments qui seront fabriqués sur le port de Brest sont les pièces des parties hautes et basses de ces futures fondations.
Plus de 35 000 tonnes d’acier vont être assemblées dans les ateliers brestois de Navantia-Windar, ainsi que dans les usines des sous-traitants bretons. « Car, il faut le rappeler, insiste Tanguy Cariou, responsable du site de Brest pour Navantia-Windar, nous avions pour priorité absolue de traiter avec les spécialistes locaux et de créer, sur le territoire, un grand nombre d’emplois. »

Sous-traitants locaux et emplois

La mission menée par Navantia-Windar promet ainsi de mobiliser 250 emplois équivalent temps plein pendant deux ans, le temps de la fabrication des pièces nécessaires aux futures éoliennes. Une dizaine d’entreprises bretonnes ont été homologuées, et sont désormais aptes à prendre part aux travaux programmés.
A Brest, par exemple, les sociétés Navtis et Sobec ont signé, ce 2 octobre, le contrat les liant à Navantia-Windar.