Aménagement du territoire, Urbanisme

La mutation de l'ancien Ifac à Lambézellec

Mis en ligne le

Sur le site de l’ancien institut de formation des apprentis de Lambézellec, un nouveau quartier s’apprête à sortir de terre. Menez Bihan vient ainsi renforcer l’attractivité du bourg, grâce à une philosophie solidaire et au parti pris de l’intergénérationnel.

Il faudra désormais parler de Menez Bihan, la petite colline en breton. Propriété de Brest métropole aménagement (Bma) depuis septembre, le site de l’ancien Institut de formation des apprentis fait déjà l’objet de travaux de terrassement. D’ici à 2021, ce nouveau quartier de Lambézellec devrait accueillir ses premiers habitants. 

Un beau panorama

« Le projet est grandement attendu par les habitants de Lambézellec. Ils ont exprimé leurs attentes pour renforcer l’attractivité du bourg. Et le conseil consultatif de quartier a travaillé sur le nom du site, qui sera donc Menez Bihan », précise Sylvie Jestin, adjointe au maire de Brest en charge de Lambézellec.
Un nom qui sied bien au nouveau quartier qui, par sa situation géographique, va offrir à ses futurs habitants un beau panorama plongeant sur Brest. 

Intergénération

Piloté par Bma, dans son rôle d’aménageur public, et Linkcity Grand Ouest, le projet s’étale sur 22 000 m², et va permettre de créer, à l’entrée de Brest, un vaste quartier qui se veut intergénérationnel. C’est en effet ici que va se délocaliser l’actuel établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) du foyer de l’adoration, ainsi qu’une résidence pour personnes âgées autonomes. Un foyer de vie pour personnes en situation de handicap est également au programme. 
Menez Bihan comportera aussi un îlot de 160 logements collectifs portés par Brest métropole habitat (location sociale, et accession à coût abordable), ainsi qu’une parcelle composée de 20 maisons individuelles avec jardin, dont la moitié à déjà trouvé acquéreur. Une maison de santé regroupant des professionnels de la médecine est enfin au programme. 

Projet vertueux

L’ensemble va constituer un vrai micro quartier, au cœur de Lambézellec. Il sera à la fois ouvert sur le bourg, avec une entrée face à la nouvelle maison de quartier, et sur la ville, côté Est. « Nous sommes là dans une opération durable qui correspond à notre politique de l’habitat. Il s’agit bien de renouvellement urbain, en reconstruisant la ville sur la ville », pointe Tifenn Quiguer, présidente de Bma. 
Le projet s’affiche d’ailleurs vertueux, avec parkings souterrains, desserte par le réseau de chaleur, rétention d’eau souterraine, mais aussi un chantier ancré dans le respect de l’environnement : « Les déchets seront optimisés et valorisés, les produits polluants interdits sur le chantier, et une vigilance sera appliquée quant aux consommations énergétiques durant le chantier» ,  précise encore Tifenn Quiguer.  

 

Emplois à la clé

A noter enfin qu’entre 130 et 150 emplois sont attendus à terme sur ce morceau de ville, en lien notamment avec l’Ehpad, le foyer pour personnes handicapées ou encore la maison de santé. Sans compter les quelque 200 emplois générés par le chantier lui-même. 

L’insertion de ce nouveau pan de quartier dans Lambézellec s’est faite dans l’objectif de préserver le bien vivre ensemble. Et, « afin de ne pas créer de sentiment de déclassement, nous avons tenu à lancer la réhabilitation de la cité Richepin voisine », précise Sylvie Jestin. Cet ensemble de 402 logements fait en effet actuellement l’objet de travaux de réhabilitation énergétique et de modernisation par BMH.