Jeunesse, Sport

Jeu, set, match... et Yannick Noah à Keredern

Mis en ligne le

Sans doute plus connu des jeunes en tant qu’artiste, Yannick Noah n’en demeure pas moins un immense tennisman qui, le 2 septembre, s’est déplacé dans le quartier de Keredern, à Brest. Le but : inaugurer l’antenne brestoise de Fête le mur, son association qui entend bien rendre le tennis accessible au plus grand nombre.

« Salut à tous ». C’est avec la sympathie qu’on lui prête aisément que l’ancien tennisman et désormais chanteur que Yannick Noah s’est présenté à une foule massée sur le city stade de Keredern, le 2 septembre.
Accompagné de François Cuillandre, maire de Brest, et de Patrick Appéré, adjoint au maire de Brest en charge des sports, le grand Noah s’est déplacé dans un des quartiers prioritaires de la politique de la ville afin d’y lancer officiellement l’antenne brestoise de Fête le mur.
Fondée en 1996, l’association dont il est le président permet aux enfants des quartiers dits sensibles d’accéder à la pratique du tennis, et de bénéficier de tout ce que ce sport peut leur apporter : « J’ai toujours milité pour que le tennis soit un sport accessible à tous, a précisé l’ex-champion, et je me réjouis d’installer une antenne de Fête le mur à Brest, dans une ville où j’ai d’excellents souvenirs en tant que chanteur. Avec Fête le mur, les enfants bénéficieront d’un encadrement régulier pour apprendre à jouer au tennis et, peut-être, se découvrir un talent ».

L'implication du Tennis Club Brestois

Portée depuis de longues années par Maurice Pers, président du Tennis Club Brestois, l’installation de Fête le mur à Brest devrait ainsi toucher tous les jeunes des quartiers de Keredern et de Lambézellec.
Le club de tennis brestois, soutenu par la ville de Brest, assurera la coordination du projet sur le quartier de Kerdern ou sur ses cours dédiés, où se dérouleront dans un premier temps des actions d’initiation au tennis.
Le centre social Les Amarres se chargera pour sa part de faire la promotion de l’activité auprès de son public, et intégrera l’activité à ses créneaux.

Un encadrement dédié

La petite balle jaune se tapera donc de manière régulière et pérenne dans deux quartiers brestois, et les jeunes inscrits seront encadrés par des éducateurs et des entraîneurs diplômés.
« Fête le mur à Brest, c’est un signe fort de notre volonté d'inscrire encore un peu plus la pratique de tous les sports au sein des quartiers, pour donner aux jeunes le désir de s’adonner à une activité sportive », a pour sa part commenté François Cuillandre.
Maurice Pers, lui, a lancé le début des premières activités tennistiques en souhaitant « que d’ici quelques temps, on ait de belles histoires à raconter grâce à l’évolution de tous ces enfants qui seront licenciés au Tennis Club Brestois ».