Economie, entreprises, Emploi, formation

Industries navales : un navire des métiers à Brest pour aider à recruter

Mis en ligne le

Pour faire face à la pénurie de personnel dans les industries navales françaises, quatre industriels, Brest métropole, la Région Bretagne et l’État veulent renforcer l’attractivité de ces métiers auprès des jeunes et salariés en reconversion. Un lieu d’exposition, le « Navire des métiers », ouvre à Brest et essaimera en France.

Si la mer fait rêver, les métiers de la mer beaucoup moins. Pour y remédier, les industriels, les collectivités et l’Etat veulent embarquent les jeunes dans le « navire des métiers ».

Un défi à relever

Les industries navales peinent à trouver des personnes intéressées par leurs offres. Pour Dominique Sennedot, directeur de Naval Group Brest, il s'agit d'un « défi à relever que de créer un vivier de personnes compétentes dans 400 métiers, dont 16 en tension. » Le président de fleuron industriel naval français, Hervé Guillou, évoque ces compétences comme étant « la clé de notre pérennité ». « Notre carnet de commande est extrêmement solide pour les 10-30 ans à venir, à 70 % tourné à l’international. Les recrutements, 15 000 nets et 70 000 en tout dans la filière navale, soulignent cette absolue nécessité de redevenir attractif auprès des jeunes. » 

Comment redevenir attractif ?

Le navire des métiers a été lancé par le campus des industries navales, association créée il y a un an par Naval Group, les Chantiers de l’Atlantique, Constructions mécaniques de Normandie et groupe Piriou. La Marine nationale ainsi que quatre ministère soutiennent cette impulsion. Et quatre régions accueillent les projets de ce collectif industriel de poids. « Nous voulons boucler le territoire, de Dunkerque à Menton », a annoncé Hervé Guilloux ce 29  novembre, lors de l’inauguration du Navire des métiers, lieu physique d’exposition qui s’ouvre à Brest.

Qu’est-ce que le Navire des métiers ?

Cet espace d’exposition a ouvert sur l’esplanade de la Fraternité, sur le plateau des Capucins, dans un immeuble occupé également par Thales Design Center, la Sempi et bientôt la branche ingénierie de Onet. « Nous allons accueillir les classes de la 4e à la fin du lycée, voire des étudiants, explique Chantal Pellae, responsable communication du campus. Les associations d’insertion et d’accompagnement des demandeurs d’emploi seront aussi accueillies. » Des ouvertures au public pourraient être envisagées à moyen terme, ainsi que des événements.

Pourquoi à Brest ?

Saluant « l’optimisme qui règne en Bretagne », le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer, venu inaugurer les lieux, à affirmer la volonté de faire de cet outil un exemple de type « Harvard pro » : « Des lieux comme celui-ci font envie. Il sera un modèle pour d’autres en France, Brest peut en être la locomotive. »
François Cuillandre y voit une légitimité et un symbole, à installer ce showroom aux Capucins. Brest fédère bon nombre de métiers des industries navales, de par « son passé de ville créée par et pour la Marine royale, devenue nationale, pour son présent tourné vers la mer et pour son avenir, avec les EMR. » Le navire des métiers a trouvé son port d’attache, connaît sa destination et ses escales. Il ne reste plus qu’à convaincre que chacune et chacun a un avenir dans les métiers de la mer.