Emploi, formation

Inclusion par l'emploi : un projet commun entre Brest métropole et le Centre Ouest Bretagne

Mis en ligne le

Il faut savoir saisir sa chance. Brest métropole et le Centre Ouest Bretagne ont réuni leurs compétences, pour défendre un projet d’inclusion par l’emploi pour leurs territoires. Un partenariat qui mise sur l’innovation pour embarquer les publics les plus précaires.

Ce sont deux territoires différents sur la carte, mais dont les caractéristiques économiques et sociales ne sont finalement pas si éloignées. Et la crise sanitaire n’a fait que les rapprocher encore un peu plus encore sur le chemin d’une précarisation accrue d’une part de leur population. En faisant le choix de la coopération, Brest métropole et le Pays du centre Ouest Bretagne (COB) ont ainsi remporté un appel à projet de l’Etat, qui va leur permettre, d’ici à 2023, de renouveler l’approche de l’inclusion par l’emploi.

Remobiliser

Intitulé Brest_COB_Inclusif, ce projet commun va bénéficier, jusqu’en 2023, d’un budget de plus de 2,1 millions d’euros, dont 70 % financés par l’Etat.« Nos deux territoires vivent une période inédite, en raison du contexte sanitaire. Pour remobiliser nos publics les plus éloignés de l’emploi, nous avions toutes les raisons de coopérer ! », explique Bernadette Abiven, présidente de Défis emploi
Lancé cet été sur les deux territoires, le projet ambitionne « d’embarquer, a minima, 500 personnes aujourd’hui très éloignées de l’emploi, dont 300 sur Brest métropole et 200 en centre Ouest Bretagne », précise Hélène Le Bihan, directrice de Défis emploi. 

Co-construire

Pour ce faire, plusieurs structures se sont alliées, sur les deux territoires, pour imaginer ensemble les meilleures réponses à apporter à ces publics en difficultés. Car c’est bien l’idée : « Nous souhaitons vraiment co-construire avec les personnes des réponses, des moyens qui correspondent à leurs besoins », poursuit Hélène Le Bihan. 
Le programme se divise en quatre thématiques principales : repérer des publics qui se sont souvent mis à l’écart du système ; travailler sur le bien-être et la motivation ; mettre en œuvre des formations en lien avec les entreprises ; travailler sur la mobilité, l’un des grands freins à l’emploi. 

Un suivi complet

Publics des quartiers prioritaires de la ville, à Brest, et des zones de revitalisation rurale en COB : les personnes vont bénéficier d’un suivi différent, avec beaucoup d’actions collectives, mais aussi un suivi individuel. Rencontres d’entreprises, challenges, découvertes des métiers, mais aussi travail sur le volet social… la palette d’intervention du projet est large, mais entend bien justement jouer sur tous les tableaux, sans se refuser de nouvelles solutions, pour parvenir au but : remettre les plus fragiles sur les rails. 

Répondre aux besoins

Chaque personne suivie le sera pour 15 mois. Et après ? Soit le projet lui aura permis de retrouver un emploi, ou en tout cas un parcours lui permettant de se remettre dans la dynamique du travail, soit elle pourra être dirigée vers des dispositifs déjà existants, pour continuer le chemin… « Il faut que cela fonctionne, alors que les allocataires du RSA sont de plus en plus nombreux depuis le début de l’année. Et le conseil départemental sera au rendez-vous, pour aider », souligne Marie Gueye, vice-présidente du conseil départemental. 
Le projet, qui mobilise des dizaines de professionnels de l’insertion par l’économie sur les deux territoires, a en tout cas su se donner les moyens d’atteindre un objectif commun : faire se rencontrer les publics qui ne trouvent pas d’emploi, et les entreprises en mal de main d’œuvre !