Jeunesse, Solidarité

Grâce à Élan, une jeune virtuose brestoise va prendre son envol

Mis en ligne le

C’est un dispositif encore trop méconnu qui peut pourtant donner un sacré coup de pouce aux jeunes de Brest métropole. Grâce à Élan, la Brestoise Hélène Fourreaux, 13 ans et violoniste très prometteuse, a pu s’offrir un instrument à la hauteur de son talent.

“J’ai commencé le violon à 4 ans”, confie humblement Hélène Fourreaux, qui a depuis suivi tout son cursus musical au Conservatoire de Brest. Très vite, son aisance musicale attire l’attention de ses professeurs. Cette année, elle fait même partie de la dizaine de jeunes brestois admis dans l’Orchestre national des Jeunes talents. Problème : le violon que lui prête le Conservatoire n’est plus à la hauteur des exigences de sa pratique. Et un bon violon, ça coûte cher… 

Un supplément d’âme

Ses professeurs l’orientent alors vers Jérémie Legrand, un luthier de Landerneau qui fait partie de l'orchestre du Conservatoire, et qui lui trouve un instrument plus adapté à son niveau. Un violon fabriqué en 1870, de ces instruments anciens dont l’âme mettra en valeur le jeu d’Hélène. “Mais même en faisant un effort sur le prix, ça reste un gros investissement”, explique le luthier. 

Vers une carrière professionnelle

Qu’à cela ne tienne. Xavier Fourreau, le père de la jeune virtuose, remue ciel et terre pour trouver des financements afin que sa fille ait toutes les cartes en main pour exprimer son talent. Et c’est ainsi qu’il découvre le dispositif Élan, porté par Brest Métropole et la Caisse d’allocations familiales (CAF), et qui lui a permis de financer 75% du prix de l’instrument. Son nouveau violon bien calé sous le menton, Hélène Fourreaux peut désormais poursuivre sereinement ses études musicales pour devenir violoniste professionnelle et voguer vers son rêve le plus fou : devenir soliste au sein d’un orchestre international. 

Un dispositif de soutien encore trop peu connu

“Ce genre de projet rentre parfaitement dans les cases de ce dispositif qui s’adresse à tous les jeunes de la Brest métropole, de 11 à 30 ans, qui ont besoin de financer un projet, explique Sandrine Perhirin, adjointe au maire de Brest en charge de la politique de la jeunesse, qui souhaite faire connaître plus largement ce dispositif.Avec des enveloppes allant jusqu’à 3 000 euros, le dispositif Élan peut ainsi permettre à des jeunes ou groupes de jeunes de financer des projets dans de nombreux domaines : culture, sciences, humanitaire, etc.”, insiste-t-elle. “Il faut vraiment que les jeunes de Brest et des communes alentour n’hésitent pas à s’en emparer car il est encore sous-employé”, confirme Christophe Vallade, responsable de territoire à la CAF.