Solidarité

Gens du voyage : Guipavas adhère au centre social mobile

Mis en ligne le

Créée à Brest en 1997, La Roulotte, centre social mobile à destination des gens du voyage, œuvre désormais sur six communes de Brest métropole. Guipavas a rejoint le mouvement en début d’année.

« C’est un centre social comme un autre, à la différence qu’il se déplace vers des populations au mode de vie spécifique, les gens du voyage. Les missions de La Roulotte consistent en une aide à la parentalité, à la scolarisation, à l’insertion professionnelle, mais elle concourt aussi à la participation à la vie de la cité », rappelle Patricia Salaün-Kerhornou, adjointe au maire de Brest en charge de l’action sociale. 

Une passerelle vers la cité

Concrètement, les travailleurs sociaux de La Roulotte, plutôt que d’attendre le passage des gens du voyage, vont régulièrement à eux, sur leurs lieux de vie, les aires de stationnement, mises à disposition par Brest métropole. « Les gens du voyage constituent une population victime de nombreux préjugés, qui les éloignent de la vie de la cité et des institutions. La Roulotte, en allant au-devant d’eux, entend créer une passerelle, renforcer les liens entre les voyageurs et la commune, et inciter les familles à se diriger ensuite vers des dispositifs de droit commun », précise Mélanie Durose, responsable des aires d’accueil des gens du voyage pour Brest métropole. 

Un plus dans l’accompagnement

Depuis janvier dernier, la ville de Guipavas a rejoint Brest, Bohars, Plouzané, Gouesnou et Le Relecq-Kerhuon dans ce centre social mobile : « Le système a fait ses preuves ailleurs, et nous savons que cette population a un mode de vie et des besoins spécifiques auxquels peut répondre La Roulotte », estime Fabrice Jacob, le maire de Guipavas. 
Depuis le début de l’année, La Roulotte passe environ deux fois par semaine sur l’aire d’accueil de Pen ar Valy : « L’action de La Roulotte nous est d’une grande aide : cela permet d’autonomiser les voyageurs sur certaines démarches, notamment via une initiation au numérique. Et c’est un vrai plus dans l’accompagnement et le lien avec les familles », apprécie Annaëlle capitaine, responsable du CCAS de Guipavas.