Culture, Loisirs

Festival Invisible, défricheur de sonorités réjouissantes !

Mis en ligne le

Il ne fait pas forcément partie des rendez-vous les plus connus de l’agenda culturel brestois, mais il en est pourtant l’un des plus réjouissants, impertinents et pointus. Infatigable défricheur de curiosités sonores, le festival Invisible souffle sa 16e bougie du 16 au 20 novembre. Prenez date !

Organisé depuis sa naissance par les équipes de L’église de la petite folie et les artistes du Studio fantôme, le festival Invisible s’est taillé une belle place dans l’agenda culturel brestois, à la seule force d’une philosophie immuable : mettre en avant des esthétiques underground et des expériences intensément rock’n’roll, pour permettre au grand public de sortir des sentiers battus

De nombreux partenaires fédérés

Rendez-vous des plaisirs électriques et des curiosités sonores, Invisible souffle cette année sa 16e bougie, prouvant ainsi que le festival, riche d’une programmation pointue et réjouissante, a clairement su s’inscrire dans la durée. Une longévité qu’il doit aussi, probablement, à la manière dont il a su s’entourer de nombreux partenaires artistiques (Plages magnétiques, La Carène, centre d’art Passerelle…) de la ville de Brest qui, cette année encore, lui accordent une confiance totale.

Dans toute la ville

Le rendez-vous est donc pris, et il se tiendra du 16 au 20 novembre dans différents lieux de la ville (bars, salles de spectacles…).
Les temps forts de cette 16e édition s’annoncent nombreux, mais citons, entre autres, la venue de Rouge Gorge, en ouverture du festival, le 16 novembre, à l’espace Vauban (20 h 30). Programmé en partenariat avec Le Quartz, Rouge Gorge cache en fait Robin Poligné, adepte d’une chanson française où la légèreté et le minimalisme des mélodies contrebalancent une certaine gravité des propos.

Piston, cotillon, boxon

Le centre d’art Passerelle accueillera pour sa part une soirée vin et musique autour du saxophoniste Stéphane Sordet (17 novembre, 20 heures), ou l’Australien Will Guthrie (18 novembre, 20 h 30). 

Les concerts, exposition et déambulation se succèderont également à La Carène (19 novembre, 20 h 30), avec les vétérans de Sister Ionide, ou chez Bad seeds record shop, pour des soirées dont les intitulés disent beaucoup de l’identité du festival Invisible : “soirée piston”, “soirée cotillon”, “soirée boxon”

De vraies expériences à vivre !