Développement durable, Energie

Energie : Les habitants de la rive droite incités à passer au biogaz

Mis en ligne le

Dans le cadre de son plan climat 2019-2025, Brest métropole soutient une opération menée par GRDF, qui vise à encourager les habitants de la rive droite brestoise à opter pour le chauffage au biogaz, en remplacement du fioul.

« 60 % des résidences principales de Brest métropole datent d’avant 1975, et on a hérité de cette ancienne politique énergétique qui mettait du fioul un peu partout. Aujourd’hui, on aimerait voir les choses bouger, en commençant par la rive droite de Brest, dont on sait que les logements nécessitent plus qu’ailleurs une mise à niveau de leur système de chauffage. »
Tristan Foveau, vice-président de Brest métropole en charge des opérateurs d’énergie, a expliqué en ces termes le soutien qu’apporte Brest métropole à l’opérateur GRDF qui, en février, débutera sur la rive droite brestoise une opération visant à inciter les habitants à passer à un système de chauffage au biogaz. « Il s’agit d’une énergie qui provient à 90 % de la filière agricole bretonne, et dont on sait quel est beaucoup plus vertueuse que le fioul, qui rejette beaucoup plus de CO2 », résume de son côté Alain Raguénès, de GRDF.

Des opérations de communication à venir

Les habitants de la rive droite vont ainsi recevoir un courrier les informant de l’existence de cette possibilité, tandis que des opérations de communication seront menées en porte-à-porte (du 2 au 4 février) ou sur les marchés des quartiers de Saint-Pierre et des Quatre Moulins.

Des permanences seront aussi ouvertes (du 19 janvier au 30 avril) les mardis matins à la mairie des Quatre Moulins, et les mercredis matins à la mairie de Saint-Pierre.

Près de 2 000 clients au fioul actuels ont été ciblés. Les travaux de raccordement sont programmés pour débuter en septembre, et de nombreuses solutions seront offertes aux habitants pour leur faciliter la transition, avec notamment la possibilité de bénéficier de la gratuité d'un branchement au gaz (selon conditions), pour une économie de quelque 600 euros, jusqu'au 30 avril.