International, Sciences

Du 9 au 11 février, le sommet mondial de l’océan à Brest

Mis en ligne le

Brest, capitale européenne des sciences marines, a été choisie pour accueillir le One ocean summit du 9 au 11 février. De nombreux chefs d’Etat s’y réuniront, en même temps que des scientifiques, grandes entreprises et membres de la société civile pour parler de la protection des océans.

Annoncé par le Président de la République à l’automne dernier, le premier sommet mondial de l’océan, One ocean summit, se tiendra à Brest du 9 au 11 février. « C’est évidemment une fierté que d’accueillir un tel rendez-vous, qui s’inscrit dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’Union Européenne, analyse François Cuillandre, maire de Brest et président de Brest métropole. Mais c’est également une belle reconnaissance pour notre ville, dont la mer fait partie de l’identité, que cela soit en termes de recherche, de formation ou d’économie. » 

Un écosystème mis en lumière

Reconnue en Europe et dans le monde pour son excellence dans tout ce qui touche à la mer, Brest se voit, avec l’organisation du One ocean summit, mise en pleine lumière. Au moment où les mers sont confrontées à des enjeux cruciaux pour l’avenir, c’est toute la cité du Ponant, son territoire et ses acteurs qui contribueront à apporter leur expertise dans les domaines de l’observation, de la valorisation ou de la préservation de l’océan.
« En Bretagne, de manière générale, l’océan est le prolongement naturel de notre regard, témoigne de son côté Loïg Chesnais-Girard, président de la région Bretagne, et c’est un honneur d’accueillir ce sommet au sein de notre territoire. »

Une programmation pour le grand public

De nombreux ateliers réuniront, du 9 au 11 février, chefs d’Etat et leaders internationaux, ainsi que scientifiques ou représentants de grandes entreprises. Tous devraient se pencher sur des questions aussi larges que l’économie bleue ou la manière d’endiguer le dérèglement climatique

Des propositions dédiées au grand public seront également faites afin que celui-ci puisse prendre la mesure de l’événement et de son importance pour notre avenir. Les grands équipements métropolitains comme Océanopolis ou 70.8 entreront ainsi dans la danse pour permettre au public de partager un décryptage de ce sommet mondial, via des animations ou conférences qui illustreront les thématiques qui y seront abordées.