Solidarité

Dans les cimetières brestois, une offre en développement

Mis en ligne le

Avec ses six cimetières répartis dans les quartiers brestois, la ville de Brest a décidé de développer son offre funéraire à destination des familles des défunts.

Lieux de mémoire et de recueillement, mais aussi lieux de rencontres et de sérénité, les cimetières brestois constituent des endroits fréquentés par les familles de défunts, évidemment, mais également par les habitants, attachés au caractère accueillant de ces lieux de patrimoine.  

Des obsèques dignes pour tous

A Brest, six cimetières sont répartis dans l’ensemble des quartiers de la ville qui, dans son rôle de gestionnaire et de suivi des concessions, s’attache à permettre à tout défunt de bénéficier d’obsèques dignes, quelles que soient les conditions familiales ou de ressources. 

« Avec La Toussaint qui approche, il était légitime pour la ville de présenter les démarches qu’elle mène pour développer son offre de services d’ordre funéraire ou cinéraire, explique Karine Coz-Elléouet, première adjointe au maire de Brest. D’un point de vue social, notamment, nous travaillons depuis plusieurs années avec le collectif Dominique, qui s’occupe d’offrir des obsèques décentes aux personnes décédées dans la solitude. »


Le collectif organise d’ailleurs un temps du souvenir en mémoire de toutes les personnes ainsi disparues le 22 octobre, à 11 heures, au cimetière de Kerfautras.

Mais il faut également souligner le travail qui est fait au niveau des concessions abandonnées, que la ville récupère afin de les réhabiliter et de les vendre à moindres frais aux personnes qui en auraient le plus besoin. 

17 monuments neufs à tarifs accessibles

Au rayon des nouveautés très récentes, citons le don des Pompes funèbres associées des communes (PFCA) à la ville de 17 monuments funéraires. « Une vraie démarche sociale pour nous », analyse de son côté Philippe Salaün, le directeur des PFCA. Et pour cause : ces monuments peuvent être revendus, selon le quotient familial de l’acquéreur, à des tarifs allant de 50 à 600 euros

Une offre harmonisée entre les cimetières

Rappelons enfin que, d’ici la fin de l’année, « l’ensemble des cimetières brestois sera doté du même niveau d’offre en termes funéraire et cinéraire », ajoute l’élue. Tous disposeront alors, et notamment, d'espaces de dispersions et de cavurnes, du nom de ces monuments plus petits que des pierres tombales et abritant les cendres d’un défunt. 

A venir aussi 

A noter que divers projets sont également en cours et pourraient voir le jour en 2023 :

  • la réalisation d’une mare à Kerfautras, alimentée par l’eau de pluie et permettant à la faune de s’abreuver ;
  • une étude est en cours pour penser à la récupération des eaux de pluie à des fins d’arrosage et de nettoyage dans l’ensemble des cimetières, pour une démarche environnementale qui rejoindrait le fait que, depuis 10 ans, les produits phytosanitaires y sont interdits ;
  • le développement du végétal dans les cimetières afin de prévenir, en particulier, les ilots de chaleur.