Santé

Covid-19 : Le CHRU tire son bilan de la crise

Mis en ligne le

Alors qu’aucun cas de Covid-19 n’a été enregistré au CHRU de Brest depuis la troisième semaine de mai, un premier bilan de la gestion de la crise a été tiré. L’engagement des personnels et une vraie réactivité ont permis des prises en charge adaptées.

Si le CHRU et l’ensemble de son territoire ont échappé à la vague majeure attendue en début d’épidémie, l’établissement a néanmoins su s’y préparer. « Cette crise a constitué pour l’ensemble des personnels du CHRU, des soignants aux équipes de logistique ou administratives, un moment d’engagement hors normes. Le CHRU de Brest a su être au rendez-vous pour son territoire comme pour le national », résume Philippe El Saïr, directeur général. 

Un hôpital réinventé dans l’urgence

« Nous avons réinventé l’hôpital et son fonctionnement en quasiment un week-end : avec la centralisation de la gestion des cas de Covid sur un bâtiment à la Cavale Blanche, une multiplication quasiment par deux des capacités de réanimation sur l’ensemble du territoire du ressort du CHRU, comprenant le HIA, Morlaix et Quimper », rappelle ainsi Eric Stindel, directeur de la commission médicale d’établissement. Les capacités du Samu ont également été renforcées en urgence, avec une cellule spécifique dédiée au Covid pour les appels, et une 4è ligne de SMUR dédiée pour la prise en charge des personnes symptomatiques depuis leur domicile jusqu’à l’hôpital. 

Solidarité

Un lien a aussi été fait sur le territoire, avec les établissements du médico-social, dont cinq établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), dans lesquels des personnels du CHRU ont pu intervenir en renfort. 
Le CHRU brestois a aussi su jouer la carte de la solidarité vis-à-vis du national, avec l’accueil dans les établissements de Brest, Morlaix et Quimper de 30 malades du Covid venus d’Ile-de-France et du Grand Est en mars et avril. 
Les personnels de l’établissement seront remerciés de cet engagement via des primes courant de 500 euros à 1 500 euros.  

Une vague peu active en Finistère

Au pic de la crise, mi-avril, le CHRU accueillait 48 malades du Covid, dont 15 en réanimation. 

  • Les cas de Covid sur le territoire du CHRU se sont montés à 392 au total, dont 236 testés positifs par le laboratoire du CHRU et qui ont tous bénéficié, puisque leur état le permettait, d’un suivi à domicile lors de la maladie.
  • 156 hospitalisations ont été nécessaires, dont 36 en réanimation (avec une majorité de patients issus d’Ile-de-France et du Grand Est). 
  • Au total, le territoire a connu 21 décès liés au Covid à l’hôpital, ainsi qu’un autre en Ehpad. 
  • A ce jour, un seul patient fait encore l’objet d’un suivi en ambulatoire

 

Des gestes barrière à conserver

La crise a donc largement épargné le territoire, « avec au maximum 5 % des personnes testées qui se sont révélées positives », souligne Eric Stindel. Pas de quoi cependant relâcher les efforts : « Le confinement nous a sans doute permis d’échapper à la vague, mais le virus reste présent, et les gestes barrière restent indispensables », martèle Philippe El Saïr, dont la mission s’achèvera au 1er juillet. Dans l’attente de la nomination de celui ou celle qui lui succédera, son intérim sera assuré par l’actuel directeur général adjoint, Régis Condon. 

Parce que beaucoup, non malades du Covid, ont négligé de consulter pendant la crise, l’hôpital entend désormais pouvoir prendre à nouveau en charge tous ceux qui en ont besoin. Dès la semaine prochaine, une reprogrammation des opérations non urgentes programmées avant la crise sera effectuée. Les consultations ont également repris à un rythme quasi-normal, avec toutes les précautions d’usage (distanciation, masques, gestes barrière…).