Développement durable

Conservatoire botanique national : un siège à la hauteur de l'expertise brestoise

Mis en ligne le

Le nouveau siège du Conservatoire botanique national de Brest est en passe d’être livré. Un bâtiment imaginé comme une ode au végétal, et où le public pourra mieux comprendre l’expertise internationale des équipes brestoises.


Démarré en septembre 2019, le chantier de restructuration du siège du conservatoire botanique de Brest est en voie d’achèvement. Surplombant légèrement les allées du « vallon du Stang-Alar, l'ensemble s’insère déjà parfaitement dans son environnement, dans une logique où le végétal et le respect de la nature ont prédominé. 

Transparences

Sur 2200 m², répartis en trois bâtiments reliés entre eux par une verrière, l’ensemble accueillera les différents métiers du Conservatoire, des scientifiques aux administratifs. Ouvert au public dans une logique de partage de la culture scientifique, le site offrira à son entréeun jardin aux tons bretons, permettant aux visiteurs de partir à la découverte des essences locales. La verrière extérieure, visitable elle-aussi, abritera quant à elle des essences plus exotiques

Esprit durable

Les différents bâtiments, imaginés par l’atelier d’architecture Philippe Madec, suivent la même logique d’intégration dans le cadre naturel du vallon, en écho aux missions de protection du Conservatoire. « Nous sommes sur un ensemble durable et bas carbone, avec l’utilisation de matériaux biosourcés. C’est notamment le cas pour les murs extérieurs, isolés par de la paille sur une ossature bois », précise Olivier Hélary, du cabinet Philiipe Madec. Il s’agit là du premier bâtiment public breton construit sur ce modèle : « Depuis, nous avons fait école, et d’autres suivent cette voie », précise Frédérique Bonnard-Le Floc’h, présidente du Conservatoire.

Expertises visibles

Deux îlots hébergeront les 30 salariés du Conservatoire. Mais des visites de groupes seront possibles, pour partager la connaissance scientifique. Et il y aura de quoi s’émerveiller, puisque c’est ici que seront conservées, dans une pièce sécurisée, la 3è banque de semences menacées au monde, mais aussi un laboratoire pour les botanistes et une salle de culture des graines. 
Le troisième îlot permettra aux équipes des espaces verts de Brest métropole, en charge de l’entretien du parc, de disposer de locaux de travail adaptés. 

7 millions d’euros

Porté par Brest métropole, ce chantier d’envergure permettra au Conservatoire de mieux mettre en valeur son expertise internationale, tout en s’ouvrant plus largement au grand public. Le projet a demandé un investissement de 7 millions d’euros, dont 530 000 euros de subventions du Conseil départemental du Finistère, 1 million d’euros de l’Etat et 2,4 millions de la région Bretagne. Livraison attendue avant l’été, pour une mise en service en septembre.