Nautisme, Sport

Cammas et Caudrelier au sommet de Brest Atlantiques !

Mis en ligne le

Un peu moins de 29 jours de mer et de lutte acharnée, et le duo Franck Cammas-Charles Caudrelier, assisté de son mediaman Yann Riou, a triomphé de la première édition de Brest Atlantiques. Ils ont franchi la ligne d’arrivée, à Brest, au matin du 4 décembre.

14 000 milles à parcourir, quatre géants des mers au départ, et un vainqueur : le Maxi Edmond de Rothschild de l’équipage Cammas-Caudrelier-Riou a franchi la ligne d’arrivée de la première édition de Brest Atlantiques le 4 décembre, aux alentours de 10 h 25, après un peu moins de 29 jours de mer… et ce à la vitesse moyenne supersonique d’environ 25 nœuds.  

« Une course intense »

Donné le 3 novembre, le départ de Brest Atlantiques promettait une bagarre épique entre les quatre bateaux de la classe Ultim 32/33, et de bagarre il fut donc bien question. Mais à ce jeu-là, c’est donc bien le Maxi Edmond de Rothschild qui s’en est le mieux sorti.
En tête de la course depuis le 14 novembre, le trimaran a justifié son statut de favori, et a rejoint le quai Malbert, à Brest, sous les applaudissements d’une foule venue applaudir les héros du jour. « Une course et une bagarre intenses avec les trois autres bateaux, et une victoire à la clé, pouvait-on espérer mieux ? », a conclu Franck Cammas, tandis que François Cuillandre, président de Brest métropole promettait qu'il y aurait bien « une autre aventure de ce type... ».

 

Une arrivée dans la nuit de vendredi ?

Reste donc qu'après le duo Cammas-Caudrelier, deux autres bateaux sont encore en course pour Brest Atlantiques. Trimaran Macif, de François Gabart et Gwénolé Gahinet, ainsi qu'Actual Leader, d'Yves Le Blévec et d'Alex Pella, sont attendus dans la nuit de vendredi à samedi au mieux, ou dans la journée de samedi.
Rappelons enfin que Sodebo Ultim 3, de Thomas Coville et de Jean-Luc Nélias, a abandonné.