Culture, Loisirs

Brest’aim : « Une année perturbante, mais l’envie de repartir ! »

Mis en ligne le

Gestionnaire de nombreux équipements de culture et de spectacles de Brest métropole, la société d’économie mixte Brest’aim reste sur une année fortement impactée par la crise sanitaire. Pourtant, l’envie de revoir le public fréquenter le Quartz, Océanopolis ou encore Brest Arena reste chevillée au corps d’une équipe qui a vu deux nouveaux visages la rejoindre.

Depuis le 4 mars 2020, date du premier décret interdisant les manifestations de plus de 5 000 personnes, Brest’aim, qui gère, pour le compte de Brest métropole, des équipements comme Le Quartz ou Océanopolis, a dû ajuster le fonctionnement de ses activités.
« Il est évident que l’année a été très perturbante, mais nos 250 salariés conservent la même envie de repartir, et de voir le public pousser à nouveau les portes de nos salles de spectacles et autres équipements culturels ou de loisirs », pose Stéphane Maby, directeur général de la société d’économie mixte. Un commentaire partagé par Stéphane Roudaut, président de Brest’aim : « La société organise normalement 800 événements à l’année, et accueille quelque 1,8 million de personne par an dans les diverses structures qu’elle gère. Il y a de l’impatience de voir les choses revenir à la normale »

Des chiffres en baisse

En charge de la gestion d’Océanopolis, de 70.8, des deux marinas, de La Recouvrance, du Quartz, de Brest Arena, de Brest expo-Parc de Penfeld ou encore du Rinklä Stadium, Brest’aim a en effet dû procéder à de nombreuses annulations de spectacles, et faire face à des chiffres de fréquentation en baisse évidente : 60 événements annulés à Brest Arena sur l’année écoulée ; plus de 100 du côté du Quartz ; moins 40 % de fréquentation au Rinklä Stadium ; moins 45 % à Océanopolis« Le tableau est noir aujourd’hui, mais je crois qu’il est vraiment conjoncturel », analyse David Saliou, directeur de Brest Arena, et à la tête du pôle Sports-événements de Brest’aim.

Le nouveau visage du Quartz

Mais l’équipe dirigeante, qui dit pouvoir s’appuyer sur des salariés très enthousiastes, espère bien voir les beaux jours promettre un nouvel horizon. Et les projets ne manquent pas !
Le Quartz a accueilli sa nouvelle directrice, Maïté Rivière, qui a succédé à Matthieu Banvillet. La jeune femme sait qu’elle va composer avec un équipement qui va démarrer une phase de travaux qui lui offriront un nouveau visage, et a « déjà été très touchée par la solidarité qui unit les acteurs culturels du territoire ».
Brest Arena, pour sa part, affiche déjà dans sa programmation 2021-2022 la bagatelle de 37 spectacles programmés, « quand nous tournons habituellement autour de 30 », se réjouit David Saliou. Lequel n’oublie pas non plus de rappeler que « Brest’aim a à cœur d’accompagner Brest métropole dans sa dynamique, et que Brest Arena devrait bien jouer un rôle important dans cette lutte contre le Covid-19, en se transformant en centre de vaccination ».

 

La mer au cœur des projets

Nathalie Peron-Lecorps, nouvelle arrivée également, a pris la tête de la direction déléguée Mer de Brest’aim, et se réjouit d’avoir à gérer « des équipements comme 70.8, La Recouvrance ou Océanopolis, qui se situent au cœur de l’attractivité du territoire ».
Océanopolis, d’ailleurs, et ses 12 millions de visiteurs enregistrés depuis 30 ans, a lancé son projet « Métamorphose », pour se refaire une beauté à l’horizon 2024.
70.8, la galerie des innovations maritimes hébergée aux Ateliers des Capucins, espère de son côté pouvoir accueillir le public prochainement, pour le sensibiliser aux enjeux et aux innovations de l’océan du futur.

 

La solidarité pour franchir l'obstacle

Les projets et les espoirs de voir venir des jours meilleurs ne manquent donc pas pour la société d’économie mixte qui « a su faire face à la crise grâce à une très grande solidarité de ses membres », rappelle Stéphane Maby. « Et, poursuit le directeur général, s’il fallait trouver un point positif à cette crise sanitaire, c’est sans doute la manière dont nous avons su la transformer en accélérateur d’innovations. »