Habitat

Brest métropole habitat poursuit son renouvellement

Mis en ligne le

Malgré les aléas de la crise, l’année 2020 se solde par un beau bilan pour Brest métropole habitat, qui poursuit son développement au bénéfice des habitants du territoire.

2020 aura été une année particulière dans tous les secteurs, y compris pour le logement social. Brest métropole habitat a toutefois pu poursuivre ses chantiers, et entend bien continuer son développement, dans une logique d’innovation au service du territoire. 
La crise sanitaire a évidemment impacté l’activité de l’office, qui a dû s’adapter dès le printemps. « Face à cet événement inédit, nous devions continuer à fonctionner et maintenir des services indispensables », rappelle ainsi Georges Bellour, directeur de BMH. 

Un accompagnement maintenu

Les horaires des gardiens, dans les quartiers de Brest ont ainsi dû être revus et aménagés, pour assurer une présence indispensable. La mobilisation des salariés a aussi permis de rester à l’écoute des plus vulnérables, et notamment les personnes âgées de plus de 75 ans. Durant le confinement du printemps, 1 200 d’entre elles ont ainsi pu être contactées par les équipes de BMH. Et malgré le confinement, les équipes ont aussi pu continuer à attribuer des logements en urgence, « notamment dans des cas de violences intrafamiliales »

Plus de demandes 

L’année 2020 aura aussi connu une hausse des demandes d’attribution de logements« tout comme en 2019 », précise Georges Bellour. Sur Brest métropole, 4 200 demandes sont actuellement en cours, avec « une augmentation de jeunes demandeurs ». L’an dernier, les demandeurs ont vu leur demande satisfaite en moins de 6 mois pour 40 % d’entre eux. 

Renouvellement du parc en cours

Les soubresauts de la crise sanitaire ont logiquement produit des retards dans les chantiers, mais BMH n’en a pas pour autant cessé de développer et améliorer son parc : entre 2020 et 2021, l’office investit ainsi quelque 140 millions d’euros dans la construction de près de 600 logements neufs dont une bonne part, et dans la réhabilitation de 1 400 logements. La dynamique brestoise de renouvellement urbain, dans les quartiers de Bellevue et Recouvrance, occupe une belle part dans ces projets. 

Effets collatéraux de la crise

A noter enfin que la crise aura aussi eu ses effets bien concrets sur les locataires du parc. Ainsi, les retards de paiement se sont révélés plus nombreux en 2020, pour un montant de 400 000 euros, toutefois amorti grâce à une forte baisse de ces retards en 2019. Autre conséquence probable de cette année inédite : une hausse des agressions physiques ou verbales des agents, face à laquelle l’office a dû durcir le ton.