Développement durable, Energie

Brest métropole et La Poste s’associent pour la rénovation énergétique

Mis en ligne le

Enjeu majeur au niveau national comme au local, la rénovation énergétique des logements franchit un nouveau cap sur Brest métropole. La collectivité a missionné La Poste, pour une expérimentation durant laquelle ses agents informeront les ménages sur les aides existantes.

« La lutte contre les passoires énergétiques est un enjeu majeur au national comme au niveau local, explique Sylvie Jestin, vice-présidente de Brest métropole en charge du logement. Sur Brest métropole, cette volonté de sensibiliser les particuliers à la rénovation énergétique trouve un écho encore un peu plus fort dans le cadre du plan climat mis en place par la collectivité. »
Raison pour laquelle la métropole s’est associée à La Poste et a chargé l’institution, riche de son réseau de proximité, d’entrer en contact avec les habitants du territoire. Et ce dans un premier temps, sur les communes de Plouzané et de Guipavas, pour une expérimentation du dispositif qui a débuté fin février et qui s’achèvera en juin. « On sait que sur Plouzané, par exemple, un tiers des logements devraient en passer par une phase de rénovation énergétique », précise Bernard Rioual, maire de la commune.
A terme, l'opération pourra être élargie à l'ensemble de la métropole.

Objectif : 80 à 90 diagnostics

Baptisé Depar, le dispositif voit donc les facteurs de La Poste informer les habitants des deux communes ciblées. Un courrier officiel siglé Brest métropole leur est remis, à l’intérieur duquel l’outil leur est présenté. Il les informe par ailleurs de la visite d’un facteur en lien avec l’opération. « L’objectif est d’arriver à établir entre 80 et 90 diagnostics auprès des habitants, pointe Olivier Baccialone, pour La Poste. A ce jour, 540 ménages ont été approchés, et 160 d’entre eux ont donné leur accord de principe pour en savoir un peu plus. »

Des subventions importantes

Un vrai travail de terrain pour déterminer les foyers éligibles aux aides nombreuses actuellement proposées par l’agence national pour l’amélioration de l’habitat (Anah), dans le cadre de son programme Habiter mieux. Ces subventions peuvent d’ailleurs supporter 50% du montant total des travaux, en moyenne.
En 2018, plus de 180 ménages de la métropole ont pu bénéficier de ces financements avantageux. « Rappelons également qu’aujourd’hui, grâce au grand nombre d’outils existants, ce type de travaux énergétiques peut être accompagnés financièrement pour la quasi-totalité des ménages », conclut Sylvie Jestin. Pour ceux qui ne seraient pas éligibles aux aides de l’Anah, Brest métropole se chargera de les orienter vers le dispositif Tinergie, le guichet unique et indépendant de la rénovation énergétique sur le territoire.    

Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.