Economie, entreprises

Brest bientôt centre national de cybersecurité maritime ?

Mis en ligne le

Début juillet, Brest métropole s'est portée candidate pour devenir le centre national de la cybersécurité maritime. Le Campus mondial de la mer et le label Capitale French tech, portés par le technopôle Brest Iroise, font partie des solides arguments avancés, avec l'accord de la Marine nationale.

Suite au comité d’administration du technopôle Brest-Iroise, son président Michel Gourtay et sa directrice, Françoise Duprat, ont fait un point sur cette rentrée chargée. L’occasion d’annoncer la candidature de Brest métropole comme centre de cybersécurité maritime. 

Reconnaissance d'une expertise  

« Le comité interministériel de la mer a décidé, en novembre 2018, la création d’une commission de cybsersécurité maritime et d’un centre dédié, contextualise Michel Gourtay, également vice-président économie de Brest métropole. En accord avec la Marine nationale et suite à un large consensus avec le milieu économique et de la recherche, nous pensons avoir la légitimité de devenir une référence nationale de cybersécurité maritime. » 
Dans une lettre cosignée de la Région Bretagne, datée du 12 juillet dernier, Brest métropole se porte candidate en démontrant ses atouts en la matière. En effet, si la Marine nationale fait office de fer de lance, les secteurs privé et académique ne sont pas en reste *. « Un tel centre peut apporter une dynamique qui rayonnera bien au-delà du territoire, poursuit l’élu, à l’image du campus mondial de la mer, lancé en 2016, qui permet aujourd’hui de rassembler le G7 parlementaire ici. » Une réponse du Cimer est espérée avant la fin de l’année.

Une expertise maritime reconnue par le G7

La venue des présidents des parlements des pays du G7 « est un moyen de faire savoir encore plus largement que Brest fait partie des principales places mondiales dans le domaine de la mer, se réjouit Michel Gourtay. L’angle retenu, à savoir la diversité et la protection marine, conforte notre décision de lancer le campus mondial de la mer il y a trois ans. » Ifremer, IUEM, Cèdre etc. font partie du programme de visite de la délégation. « Voilà un signe important pour notre métropole. »

Nouveau programme pour les PME

Un signe encourageant pour le moins, à l’attention du technopôle Brest iroise qui coordonne et anime les actions des 7 technopôles bretons cette année. Avec Boost’up, une vingtaine de PME bretonnes s’engageront en novembre dans un nouveau programme d’accélération fait sur mesure. 
Côté création, 10 entreprises ont vu le jour depuis le début 2019 ; 21 porteurs de projets ont été accompagnés. Témoignage du casse-tête que constitue le financement, le technopôle a constitué 32 dossiers sollicitant 17 dispositifs. « D’où l’importance d’être accompagné », rappelle la directrice.

* Pôle mer Bretagne, Ecole navale, Ensta Bretagne, IMT Atlantique, UBO, Enib, Isen, Lab Sticc, Cerv, Datarmor, Naval Group, Thales, Britanny Ferries, eOdyn, Diateam, Asten... 

Les prochains événements du technopole :
- 2 septembre : lancement des inscriptions pour Ocean Hackathon, qui rassemble 7 villes cette année (du 11 au 13 octobre) ;
- 11 septembre : première assemblée générale du cluster algues du pays de Brest, à Plouguerneau ;
- 27 septembre : 4e édition de Ticket to Pitch à bord d’un navire de la Brittany Ferries.